BFM Business

La France est loin d’avoir la politique familiale la plus généreuse

La France n'a pas la politique familiale la plus généreuse

La France n'a pas la politique familiale la plus généreuse - (photo d'illustration) - AFP

Selon un rapport de l'Unicef qui se base sur les congés parentaux et le niveau des services de garde d'enfants, la politique familiale française est la dixième plus généreuse parmi les pays de l'OCDE et de l'Union européenne.

Si la France est souvent présentée comme la "championne du monde de la dépense sociale", elle n’applique pas pour autant la politique familiale la plus généreuse. Dans un classement réalisé par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) repéré par Le Figaro, l’Hexagone se classe en dixième position des pays de l’OCDE et de l’Union européenne adoptant le système le plus favorable aux familles. L’étude analyse un total de 41 pays mais seuls 31 disposent de données complètes.

La Norvège, l’Islande et l’Estonie figurent en tête de ce classement qui se base sur quatre critères: la durée des congés parentaux intégralement rémunérés pour les mères et les pères, la proportion d’enfants de moins de trois ans en crèche et celle des enfants âgés entre 3 ans et l’âge d’entrée à l’école bénéficiant d’un accueil (crèche ou autre structure périscolaire). À l’inverse, la Suisse est bonne dernière, derrière la Grèce et Chypre.

Classement des pays en fonction de leur politique familiale
Classement des pays en fonction de leur politique familiale © UNICEF

Congés parentaux 

Sur le seul critère des congés maternité, la France est 26e avec 16 semaines accordées. Dans son étude, l'UNICEF utilise une méthode de calcul complexe qui prend en considération le montant et la durée des indemnités pendant le congé, ainsi que les dispositifs tels que les congés parentaux (un an en France) à partager entre la mère et le père. Ainsi l’Estonie, la Hongrie et la Bulgarie sont sur le podium. Parmi nos voisins, l’Allemagne fait également mieux. À l’instar de l’Italie ou du Luxembourg.

Bien que moins répandu, le congé paternité se développe dans les pays de l’OCDE et de l’Union européenne avec 26 pays qui accordent ce type de congé aux pères après la naissance de leur enfant. En utilisant la même méthode qui permet d'évaluer à la fois la durée du congé et le niveau d'indemnité, la France est onzième. Elle figure loin derrière le Japon, la Corée du Sud et le Portugal. Il faut toutefois préciser que si plusieurs pays accordent un congé parental rémunéré particulièrement favorable, beaucoup de pères ne le prennent pas. Au Japon, seul un père sur vingt en a profité en 2017, contre 1 sur 6 en Corée du Sud.

Pour sa part, l’Unicef préconise un congé parental rémunéré d’au moins six mois pour les tous les pays et encourage les pères à prendre celui dont ils peuvent bénéficier afin d'"établir un lien avec leur nourrisson", contribuer "au bon développement des bébés et des enfants", réduire "le taux de dépression maternelle" et améliorer "l’égalité des genres".

Garde d'enfants

Pour évaluer la qualité des services de gardes, l’Unicef s’intéresse à la proportion d’enfants de moins de 3 ans accueillis en crèche. L’organisme recommande ainsi "l’accès universel à des services de garde d’enfants de qualité et d’un prix abordable, de la naissance à l’entrée à l’école".

En France, 49% des enfants de moins de trois ans sont inscrits en crèche, ce qui place l’Hexagone en huitième position. Le Danemark (70%), l’Islande (65%) et les Pays-Bas (53%) sont sur le podium. La France fait encore mieux si l’on regarde le pourcentage d’enfants âgés entre 3 ans et l’âge d’entrée à l’école, critère pour lequel elle se hisse à la sixième place avec un taux de 94%.

Prestations familiales

Afin de mesurer la générosité des pays en matière de politique familiale, il est également nécessaire de regarder le niveau des prestations familiales accordées par chacun d’entre eux. L’institut de la statistique européen, Eurostat, dispose de données sur ce thème. Ainsi, la France était en 2017 le huitième pays le plus généreux d’Europe avec 817,30 euros de prestations familiales versées en moyenne par habitant. C’est plus que la moyenne des pays de l’UE (690 euros).

Le Luxembourg domine largement ce classement (3000 euros par habitant), devant le Danemark (1676 euros) et la Suède (1398 euros). L’Allemagne (1233 euros) et le Royaume-Uni (946 euros) devancent eux aussi la France.

Les prestations familiales par habitant
Les prestations familiales par habitant © Eurostat

Politique fiscale familiale

Au-delà des prestations accordées aux familles, la fiscalité peut tenir une place très importante pour soutenir les familles. D’ailleurs, si elle a choisi de moduler plus fortement les prestations monétaires en fonction des ressources des familles, la France fait partie des pays consacrant le plus d’aides fiscales par enfant, juste derrière l’Allemagne, selon un rapport de la Cour des Comptes publié en 2017. À contrario, d’autres pays n’utilisent pas (Danemark, Suède, Pays-Bas) ou peu l’instrument fiscal (Royaume-Uni, Espagne, Autriche).

Néanmoins, dans la plupart des pays, le "fait familial est pris en compte par des réductions ou des crédits d’impôt forfaitaires ou proportionnels, et qui interagissent ou non avec les prestations familiales", explique la Cour des Comptes. La France se distingue notamment par un mécanisme de soutien fiscal à la fois progressif avec le revenu et avec le rang de l’enfant. Avec le Luxembourg, elle est le seul pays à appliquer le mécanisme du quotient familial.

La plupart des autres pays pratiquent un abattement sur le revenu imposable (Allemagne, Belgique, Japon), une réduction d’impôt (Autriche, Italie) voire un crédit d’impôt (États-Unis).

Paul Louis