BFM Business

La baisse des contrats aidés aurait mis 55.000 personnes au chômage

Fin 2017, les effectifs de contrats aidés ont diminué de 35%, entraînant une hausse du nombre des demandeurs d'emploi.

Fin 2017, les effectifs de contrats aidés ont diminué de 35%, entraînant une hausse du nombre des demandeurs d'emploi. - Pascal Guyot - AFP

La baisse des emplois aidés aurait un impact à court terme sur l'emploi car une part des embauches n'auraient pas eu lieu sans l'aide de l'État, selon la Dares. Depuis 2017, le gouvernement a enclenché une réduction progressive de ces contrats subventionnés,

Le nombre de personnes en contrat aidé a diminué de 140.000 en 2017, ce qui aurait provoqué 77.000 suppressions d'emploi et 55.000 inscriptions à Pôle emploi, selon une estimation de la direction des statistiques du ministère du Travail (Dares) publiée jeudi soir.

Fin 2017, les effectifs de contrats aidés -contrats uniques d'insertion (CUI) et emplois d'avenir- avaient diminué de 35% et atteignaient 260.900 personnes contre 401.000 fin 2016.

Un contrat pris en charge par l'État créera 0,7 emploi

Selon la Dares, "les variations du nombre de contrats aidés ont des impacts à court terme sur l'emploi" car "selon les dispositifs, une part plus ou moins importante des embauches n'aurait pas eu lieu sans l'aide de l'État".

Dans le secteur non marchand, qui représente près de 90% des contrats aidés, "on suppose que le seul frein au recrutement est la contrainte financière. L'impact de la baisse des coûts est donc maximal: un contrat pris en charge à 70% induira la création de 0,7 emploi à court terme", explique l'auteure de l'étude, Lisa Mourlot.

Sur la base de ces hypothèses, la diminution du nombre de bénéficiaires "aurait entraîné une baisse de l'emploi de 77.000 et une hausse du nombre de demandeurs d'emploi de 55.000 en 2017", estime-t-elle.

130.000 parcours emploi compétences prévus en 2019

En 2017, 293.200 contrats aidés ont débuté -recrutements initiaux et reconductions- et ont concerné des demandeurs d'emploi de longue durée, des personnes de 50 ans ou plus, des bénéficiaires de minima sociaux ou des jeunes peu qualifiés (25%). La part des recrutements dans les quartiers prioritaires de la ville est de 14%.

La diminution des contrats aidés, voulue par la nouvelle majorité arrivée au pouvoir en 2017, s'est poursuivie en 2018. Selon le gouvernement, au maximum 150.000 auront été mis en place cette année (sur 200.000 budgétés). Pour 2019, environ 130.000 parcours emploi compétences (PEC, nouvelle version des contrats aidés) ont été budgétés, dont 30.000 pour l'Education nationale.

J.-C.C. avec AFP