BFM Business

Gilets jaunes: Bercy a reçu 43.000 demandes de placement en chômage partiel

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, le ministère de l’Économie a reçu des demandes de placements en chômage partiel pour 43.000 personnes. Un dispositif qui permet à l'entreprise de réduire le temps de travail et donc le salaire de ses employés, l’État compensant la différence.

Alors que se tient la sixième journée de manifestation des gilets jaunes, Bercy constate déjà les conséquences de la contestation sur l’emploi. "C’est le week-end de la dernière chance pour beaucoup de commerçants. Il y a des milliers d’emplois en jeu, là", s’est ainsi alarmée la secrétaire d’État à l’Économie et aux finances, Agnès Pannier-Runacher, sur BFMTV ce samedi.

À ce titre, la secrétaire d’État a révélé que Bercy a reçu des demandes de placement en chômage partiel -ce dispositif qui permet à l’entreprise de faire moins travailler ses salariés, l’État compensant la perte de salaire de ces derniers- pour 43.000 personnes. "C’est l’équivalent de la ville de Cherbourg" a illustré Agnès Pannier-Runacher.

La secrétaire d’État a également fait le point sur les nombreux chiffres qui circulent concernant les baisses de ventes des commerçants depuis le début du mouvement, entre 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en moins et des manques à gagner de 40, voire 70%.

25% de baisse des ventes en moyenne

"Quand on parle de baisse de 60 à 70% des ventes, cela concerne les commerces les plus touchés par le mouvement, ceux qui ont dû baisser le rideau certains samedis des précédentes semaines. En moyenne, on se situe plutôt à moins 25%", souligne la secrétaire d’État, qui se base sur les données collectées sur le terrain par la cellule de crise économique de Bercy.

Mais cette moyenne recouvre "de très grands écarts, et en particulier concernant les commerçants qui vendent des produits périssables, qui sont les plus touchés parce qu’ils ne pourront jamais se rattraper sur leurs marchandises". C’est pourquoi, comme plusieurs de ses collègues du gouvernement, Agnès Pannier-Runacher demande aux Français d’aller consommer dans leurs petits commerces de quartier afin de les soutenir en cette période cruciale.

N.G.