BFM Business

De plus en plus de Français vivent seuls et cela explique aussi leur appauvrissement

En France, 35% des adultes vivent seuls. Un niveau sans précédent. Depuis le début des années 90, le nombre des familles monoparentales a bondi de 30%. Pour ces Français qui n'ont pas, ou plus, deux salaires pour vivre, la baisse de pouvoir d'achat est énorme. Et elle peut expliquer la colère d'une partie des gilets jaunes face à la hausse des taxes et impôts.

Le sentiment d’appauvrissement des Français qu’expriment les gilets jaunes est certes lié à une accumulation de taxes et impôts qui réduisent leur pouvoir d’achat. Mais il est sans doute aussi la conséquence, pour une partie d’entre eux, d’un phénomène sociologique : de plus en plus de Français vivent seuls.

Et quand on vit seul, il faut disposer d'un revenu bien plus élevé pour faire face à toutes les dépenses que lorsqu'on vit en couple. Du moins quand on est deux à travailler. Or les Français mariés sont de moins de moins en moins nombreux. En 2007, parmi les adultes, il y avait, selon les dernières statistiques de l'Insee, quasiment autant de Français (48,3%) à s’être officiellement engagés à partager leur vie et à porter secours et assistance à leur conjoint en mairie que de Français célibataires, veufs ou divorcés. Aujourd’hui ce n’est plus du tout le cas. Les mariés représentent 43,8% des adultes, à peine plus que les célibataires (40,6%). Et la part des divorcés s’est envolée. En 2017, selon l'Insee, ils représentaient 8,4% des adultes, contre 7,1%, dix ans plus tôt.

Non pas que les Français divorcent plus. La tendance est ancienne. Mais le cumul finit par être important. Un mariage sur trois finit en divorce dans les trente ans qui suivent l’échange des anneaux. Résultat: aujourd’hui, en France, un adulte sur onze est divorcé. Et quand vous vous séparez, même si vous gardez vos revenus, votre pouvoir d’achat dégringole. "Pour un même nombre de personnes, vous avez besoin d’une surface habitable quasiment doublée, et de tout ce qui va avec (télévision, articles ménagers, mobilier…)." souligne Cécile Gauffriau, directrice de l'Echangeur (BNP Paribas) qui a récemment coordonné une étude très complète sur les revenus des Français.

35% des Français vivent seuls

Certes, tous les divorcés ne sont pas condamnés à rester sans conjoint le reste de leur vie. Mais, d’une façon générale, le nombre de Français qui vivent seuls a considérablement progressé. Qu’ils soient divorcés, célibataires ou veufs, plus d’un adulte sur trois (35,3%, selon l'Insee) sont dans cette situation, contre un sur quatre au début des années 90.

Les Français qui en souffrent le plus sont ceux qui se retrouvent seuls pour élever leurs enfants. Or l’augmentation du nombre des familles monoparentales en France est spectaculaire: +30% entre 1990 et aujourd’hui ! Et dans plus de huit cas sur dix, il s’agit de mères qui doivent élever seules leurs enfants. Les femmes étant globalement moins bien payées que les hommes, même avec l’éventuel complément d’une pension alimentaire, il leur est difficile de faire face financièrement à l’ensemble de leurs dépenses.

Il n’est donc pas vraiment étonnant, que parmi les familles monoparentales. 35%, vivent sous le seuil de pauvreté. Un taux deux fois et demi plus élevé que la moyenne nationale.

https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco