BFM Eco

Cet éleveur de volaille interpelle Emmanuel Macron dans une vidéo sur Facebook: "On s'en sort pas"

L'éleveur de volailles Aloïs Gury, 33 ans, vit à Montrevel-en-Bresse dans l'Ain.

L'éleveur de volailles Aloïs Gury, 33 ans, vit à Montrevel-en-Bresse dans l'Ain. - Capture d'écran de la vidéo Facebook.

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, cet éleveur de l'Ain partage sa colère: “Monsieur Macron, vous ne méritez pas de manger mes volailles.”

Il porte un gilet jaune mais n’a pas le temps de manifester, avec plus de 78 heures de travail hebdomadaire. Dans une vidéo diffusée sur Facebook vendredi, un éleveur de volailles de Bresse, dans l’Ain, dénonce ses conditions de travail et l’inaction du président de la République. Âgé de 33 ans, l’agriculteur, Aloïs Gury, prétend avoir fourni les volailles servies lors des repas officiels à l’Élysée.

“Je suis dégoûté, vous connaissez rien à l’agriculture, vous savez pas le boulot qu’il y a derrière. Je ne m’en sors pas, je suis dans la merde”, débute sèchement l’éleveur, en s’adressant à Emmanuel Macron. Celui qui assure avoir notamment nourri les chefs d’État lors des cérémonies du centenaire du 11 novembre ne cache pas son exaspération:

“C’est quoi ce bordel, on s’en sort pas, c’est la cata partout, tout le monde gueule et vous, vous ne dites rien. Vous en avez rien à foutre. 77 heures de boulot, j’essaye de me sortir un salaire de 700 euros, je suis encore en train de payer des factures du mois de juillet. On jongle avec les factures, les relances, les appels des huissiers”, lance-t-il, visiblement épuisé.

Les larmes aux yeux, Aloïs Gury reconnaît ensuite que “c’est [s]a mère qui [lui] fait 50 euros de courses tous les samedis” et confie n’avoir eu qu’une semaine de vacances en octobre, offerte par la Sécurité sociale agricole, appelée “aide au répit” pour les agriculteurs en situation de burnout: “Mais nous en agriculture, on n'en a jamais de répit.”

Celui qui élève 16.000 volailles seul depuis trois ans, selon Le Dauphiné Libéré, espère aujourd'hui se faire entendre à la table où ses volailles sont dégustées, au palais de l’Élysée: “J’attends votre réponse, monsieur Macron.”

Au lendemain de la diffusion de cette vidéo relayée par de nombreux médias, dont BFMTV, le chef des cuisines du Palais de l'Elysée précise qu'Aloïs Gury ne fait pas partie des fournisseurs de l'Elysée : "Je compatis à votre détresse. Mais vous ne fournissez pas l'Elysée en volaille de Bresse" écrit-il dans un tweet.

Le service de presse de l'Elysée a également apporté un démenti à BFMTV mercredi après-midi: 

"Après vérification, cette personne ne fait pas partie des fournisseurs de volailles de Bresse servies lors des repas à l’Elysée. Mais cela n’enlève rien à la douleur de cet agriculteur. C’est pourquoi le président Emmanuel Macron a rapidement fait l’un de ses combats celui pour les agriculteurs d’avoir un revenu décent. Les réponses sont en cours. Concernant l’éleveur de la vidéo, la conseillère en agriculture du président a tenté de le joindre par téléphone, sans succès."
E. P avec AFP