BFM Business

Services publics: Darmanin veut envoyer la facture (fictive) à chaque Français

Le ministre de l'Action et des Comptes publics souhaite envoyer "chaque année à tous les Français le coût réel des services publics utilisés" pour que "chacun prenne conscience de la façon dont les impôts sont employés".

"Asphyxie", "matraquage"… Face aux critiques à répétition sur le niveau d’imposition en France, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a tenté de défendre et justifier le système fiscal français ce dimanche dans une interview accordée au Parisien.

Selon lui, "s’il y a autant d’impôts en France, c’est parce que tous les Français bénéficient des services publics gratuits qui font le pacte social français". "L’école est gratuite, l’hôpital est gratuit, les allocations et les prestations sociales sont parmi les plus élevées d’Europe, etc.", a-t-il ajouté. Rappelons à cet égard que la France est championne des prélèvements fiscaux au sein de l’OCDE (46,2% du PIB).

Ainsi, sans "leur facturer" mais pour que "chacun prenne conscience de la façon dont leurs impôts sont employés", Gérald Darmanin a dit vouloir envoyer "chaque année à tous les Français le coût réel des services publics qu’ils ont utilisés, sous la forme d’une simulation personnalisée".

Des coûts d'éducation et de santé particulièrement faibles

Alors, qu'en est-il réellement? Dans l'éducation, l’État consacre actuellement 8710 euros en moyenne pour une année de scolarité d’un collégien quand le citoyen, lui, ne paie rien. S’agissant de l’enseignement supérieur, les frais engagés par l’État à l’université atteignent en moyenne 11.670 euros par an, par étudiant. Soit la quasi-intégralité du coût total puisque les Français payent en moyenne entre 0 (boursiers) et 600 euros l’année universitaire.

En 2017, les parents français ont consacré en moyenne 14.700 euros à l’éducation de leurs enfants (frais de scolarité, fournitures, transports, logement…), selon une étude menée par HSBC dans 18 pays. L’Hexagone arrivait ainsi en dernière position, loin derrière Hong Kong, premier, avec une dépense moyenne de 116.334 euros.

Dans le secteur de la santé, les Français dépensent en moyenne 126 euros par an pour se procurer des médicaments. Soit 26% du montant qu’ils devraient réellement payer (485 euros). Le reste est à la charge de la sécurité sociale.

De la même manière, un Français coûte entre en moyenne 3228 euros en frais d’hospitalisation mais l’État, à travers l’assurance maladie, prend en charge 91% du montant, de sorte que la note finale est de 287 euros en moyenne.

Paul Louis