BFM Business

Sciences Po désormais exposée à des sanctions financières

Sciences Po est pointée du doigt pour des irrégularités dans sa gestion.

Sciences Po est pointée du doigt pour des irrégularités dans sa gestion. - -

La Cour des comptes a rendu son rapport concernant la gestion de Sciences Po, jeudi 22 novembre. Pointant de nombreuses irrégularités, elle a décidé de saisir la Cour de discipline budgétaire et financière. La désignation du nouveau directeur a également été repoussée par le gouvernement.

Sciences Po bientôt sanctionnée? La Cour des comptes, relevant "des irrégularités récurrentes dans la gestion" de Sciences Po entre 2005 et 2010, a décidé de "saisir la Cour de discipline budgétaire et financière" (CDBF), qui peut prononcer des amendes, selon son rapport dévoilé ce jeudi 22 novembre.

La Cour des comptes ne met en cause aucun dirigeant nommément mais pointe des irrégularités dans la gestion des enseignants, sous quatre directions, dont celle des études et de la scolarité. Cette dernière est dirigée depuis 2008 par Hervé Crès, pressenti pour succéder au défunt directeur Richard Descoings. Sa nomination était suspendue au feu vert de François Hollande et de la ministre de l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, qui attendaient la publication du rapport avant d'avaliser ou non sa désignation. Cette dernière a finalement décidé de repousser la décision.Dans la foulée, elle a déclaré au journal Le Monde qu'elle nommerait un administrateur provisoire pour gérer la transition "dans la transparence".

Avec cette saisine, Hervé Crès se trouve donc fragilisé, l'exécutif pouvant refuser d'avaliser sa nomination au vu des risques de poursuites contre lui et d'autres dirigeants, ce qui relancerait le processus de succession, près de huit mois après le décès brutal de Richard Descoings à New York.

"Irrégularités multiples et récurrentes"

"Le contrôle de la Cour" a mis en lumière des "défaillances nombreuses dans la gestion financière et matérielle de l'établissement", souligne le rapport.

La Cour épingle des "irrégularités multiples et récurrentes dans la gestion du service des enseignants-chercheurs", payés entièrement sans assurer nécessairement toutes leurs heures, des emprunts toxiques dans le cadre de la stratégie immobilière, ou la "faiblesse des contrôles internes et externes", citant "l'utilisation abusive de cartes bancaires".

Elle pointe également un système de rémunération du directeur de Sciences Po extrêmement coûteux et sans transparence -le salaire de Richard Descoings avait culminé à 537 247 euros en 2010- et une rémunération opaque des cadres dirigeants qui doit être réformée.

BFMbusiness.com et AFP