BFM Business

Ruffin veut "un rapport de force important avec les multinationales"

Invité de BFMTV et RMC, le député de La France Insoumise s’est dit favorable à tous les moyens économiques permettant la relocalisation de la production en France.

Il est l’une des sensations des élections législatives. François Ruffin, membre du collectif Picardie Debout soutenu par La France Insoumise, compte bien faire entendre sa voix -qu’on imagine quelque peu discordante dans une Assemblée nationale acquise à La République en Marche.

Invité de BFMTV et RMC ce mardi, le néo député est revenu sur le cas de l’usine Whirlpool d’Amiens - qui avait été le lieu d’une passe d’armes médiatique entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron pendant l’entre-deux tours. Et s’est défendu d’être le "Front national de gauche".

"Ce qu’on a constamment dit c’est: 'attention, si Whirlpool ferme, ce n’est pas la faute des étrangers. Quand Goodyear a fermé, ce n’était pas la faute des immigrés. C’est la faute des actionnaires - américains dans le cas de Whirlpool".

"On devrait imposer des taxes aux frontières, voire des réquisitions"

Pour l’ex-journaliste, "la solution, c’est de ne jamais laisser partir les entreprises, il faut qu’on se bagarre là-dessus". "Whirlpool va continuer de vendre son matériel électroménager en France alors qu il n’y plus aucune usine en France", a-t-il poursuivi. "On devrait imposer des taxes aux frontières, voire des réquisitions et ainsi de suite. Moi, je suis pour qu’on ait un rapport de force important avec les multinationales. Il faut qu’on reprenne notre destin en main".

Après avoir évoqué le problème écologique posé par les délocalisations ("des camions vont traverser le continent pour livrer les hypermarchés du nord de l’Europe") François Ruffin a prôné une remise en cause radicale du modèle économique français: "Si on veut la relocalisation de notre économie, cela ne passe pas seulement par des mots, mais par des taxes aux frontières, des taxes kilométriques, des taxes douanières…Il faut réinventer quelque chose sur le plan économique".

Y.D.