BFM Business

Royal: la crise boursière due à la Chine "est relative"

Ségolène Royal se veut optimiste sur la crise

Ségolène Royal se veut optimiste sur la crise - Jacques Brinon - AFP

Interrogée sur France 2, la ministre de l'Environnement a jugé ce mardi  que la crise financière qui secoue les marchés ne devrait pas affecter la France.

La situation de crise en Chine, où les Bourses affolées par les inquiétudes persistantes pour l'économie du pays dégringolent depuis plusieurs séances, "est tout à fait relative" et ne devrait pas affecter l'économie française.

C'est ce qu'a affirmé mardi la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal sur France 2.

Interrogée sur la possibilité que la crise en Chine puisse mettre en péril la reprise en France, Ségolène Royal a répondu: "Je ne le pense pas, cette crise est tout à fait relative (...). C'est un pays qui reste extrêmement dynamique".

La Chine a pris conscience de son potentiel

"Bien évidemment il y a des réorientations économiques qui doivent être faites, je pense en particulier à la question de la protection de l'environnement que la Chine a négligé pendant très longtemps", a-t-elle commenté.

"Mais la Chine a pris conscience du potentiel qu'elle a aujourd'hui en investissant massivement dans les énergies renouvelables, en particulier dans le solaire (...). Donc la croissance chinoise va repartir sans doute sur des bases plus saines", a avancé la ministre.

Lundi, le président français, François Hollande, avait estimé à Berlin que l'économie mondiale était "suffisamment solide" pour que sa croissance ne soit "pas seulement liée à la situation en Chine". Sur le même sujet, la chancelière allemande, Angela Merkel, s'était dite "convaincue que la Chine (allait) faire tout ce qui est en son pouvoir pour stabiliser la situation économique", soulignant qu'elle était "un partenaire important pour nous tous dans l'Union européenne".

J.M. avec AFP