BFM Business

Reyl dément avoir des hommes politiques français comme clients

Une liste de personnalités politiques ayant un compte en Suisse pourrait être dévoilée

Une liste de personnalités politiques ayant un compte en Suisse pourrait être dévoilée - -

Pierre Condamin-Gerbier, ex-associé de la banque Reyl à Genève, a annoncé qu'il détenait une liste de personnalités politiques françaises ayant un compte en Suisse, ce vendredi 14 juin. Alors qu'il s'est dit prêt à dévoiler cette liste, la banque Reyl dément.

Liste ou pas liste? Le suspense demeure sur de possibles clients de la banque suisse Reyl issus de la classe politique française.

Pierre Condamin-Gerbier, ex-associé de la banque Reyl à Genève, a affirmé qu'il détenait bien une liste des personnalités politiques françaises possédant un compte en Suisse, selon les informations d'Europe 1, ce vendredi 14 juin.

Faux, affirme de son côté la banque. Le groupe Reyl "tient à réaffirmer, comme il l'a déjà fait devant les autorités judiciaires genevoises, qu'il n'entretient aucune relation de compte (titulaires ou ayants droit) avec des résidents français exerçant des charges politiques", peut-on lire dans une communiqué.

Une quinzaine de noms, dont d'actuels ministres

Pierre Condamin-Gerbier avait réaffirmé, jeudi 13 juin, lors d'un huis-clos par le député socialiste Yann Galut, rapporteur du projet de loi de lutte contre la fraude fiscale, qu'il détenait une liste "d'une quinzaine de noms d'élus, dont d'anciens et d'actuels ministres". Il s'était dit prêt à la dévoiler mais au "bon moment".

Europe 1 a eu accès à un compte-rendu d'une réunion, dans un cabinet d'avocats parisiens de la banque Reyl, daté de 2008. Dans ce document, il y aurait les modalités d'une transaction entre un homme politique français et un homme d'affaire et "figure la mention PEP, trois lettres qui signifient: Personnalité Exposée Politiquement". Les deux hommes concernés seraient amis de longue date.

Un transfert de 23 millions d'euros

"Plus bas, le motif de la transaction est écrit noir sur blanc. Cet homme politique, dont le nom est volontairement remplacé par un autre, souhaite transférer de l'argent depuis ses comptes personnels chez HSBC en Suisse sur ceux de l'homme d'affaires. La somme est colossale: plus de 23 millions d'euros", écrit Europe 1. Dans le document est dévoilé le montage de l'opération.

L'homme politique, inquiet concernant une rumeur - une liste de milliers d'exilés fiscaux, tous clients de la banque HSBC, est sur le point d'être dévoilée - tente de disparaitre de cette fameuse liste.

BFM Business.com