BFM Business

Retraites: François Fillon prône un allongement de la durée d'activité

François Fillon estime qu'il faut à nouveau réformer les retraites, en allongeant la durée d'activité.

François Fillon estime qu'il faut à nouveau réformer les retraites, en allongeant la durée d'activité. - -

Dans l’hebdomadaire le Point, paru ce 14 mars, l’ex-Premier ministre préconise d’augmenter la durée de travail jusqu’à 65 ans pour ramener l’équilibre dans le financement des retraites.

François Fillon, Premier ministre au moment de la réforme des retraites en 2010, préconise "d’augmenter la durée d’activité" jusqu’à 65 ans. Dans une tribune publiée, ce jeudi 14 mars, dans Le Point, il assure que c’est selon lui "la seule solution" pour assainir les caisses du régime des retraites.

François Fillon considère qu’il n’y a "pas de fatalité à ce que le niveau des pensions baisse". Si celles-ci étaient "désindexées" et ne suivaient plus "le coût de la vie", ce serait, selon l’ancien élu de la Sarthe, "par manque de courage".

Pour éviter d’en arriver là, il propose, outre l’allongement de la durée d’activité, de "réduire le chômage par une politique de réformes structurelles qui favorise la croissance". Il estime important de penser à la retraite "par capitalisation".

Laisser plus de place au libre-choix des salariés

Par ailleurs, François Fillon veut attirer l’attention sur les idées de la CFDT, qu’il faut selon lui étudier. La centrale propose en effet de laisser plus de place au choix des salariés. Ceux-ci pourraient par exemple décider eux-mêmes du moment de leur départ en retraite dès lors qu’ils ont atteint le temps de cotisation requis, et obtenir des droits nouveaux en décidant de travailler plus longtemps.

L'ancien Premier ministre profite de cette tribune pour dédouaner le gouvernement de Nicolas Sarkozy quant à un éventuel manque d’efficacité de la première réforme des retraites. François Fillon reconnaît qu’elle devait permettre un retour à l'équilibre du régime en 2018. Mais que "l'aggravation de la crise a eu pour conséquence de creuser à nouveau le déficit". "Mais où en serions-nous si nous n'avions pas fait" cette réforme, s'interroge-t-il.

Le 12 mars, depuis Dijon, le président François Hollande a parlé de "choix courageux" à opérer dès cette année sur les régimes de retraites, qui, si aucun changement n'est mis en place, seront en déficit de 20 milliards d'euros en 2020.

N.G. avec AFP