BFM Business

Retour en France d'une lycéenne expulsée vers le Maroc

Najlae Lhimer(à droite), une lycéenne sans papiers expulsée il y a trois semaines vers le Maroc alors qu'elle venait de déposer plainte pour violences, est rentrée samedi en France après l'intervention de Nicolas Sarkozy. L'avion la transportant a atterri

Najlae Lhimer(à droite), une lycéenne sans papiers expulsée il y a trois semaines vers le Maroc alors qu'elle venait de déposer plainte pour violences, est rentrée samedi en France après l'intervention de Nicolas Sarkozy. L'avion la transportant a atterri - -

PARIS - Une lycéenne sans papiers expulsée il y a trois semaines vers le Maroc alors qu'elle venait de déposer plainte pour violences est rentrée...

PARIS (Reuters) - Une lycéenne sans papiers expulsée il y a trois semaines vers le Maroc alors qu'elle venait de déposer plainte pour violences est rentrée samedi en France après l'intervention de Nicolas Sarkozy.

L'avion transportant Najlae Lhimer a atterri peu avant midi (11h00 GMT) à l'aéroport parisien d'Orly où l'attendaient plusieurs dizaines de camarades de classe et de militants du Réseau éducation sans frontières (RESF).

"Najlae, Najlae", ont-ils scandé dans le hall de l'aéroport où l'attendait également le sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur, qui a suivi ce dossier depuis le début.

La jeune femme était accompagnée par des membres de la famille Parisot, organisateurs de son comité de soutien à Château-Renard (Loiret).

"Je suis très heureuse, je ne pensais pas rentrer aussi rapidement", a déclaré Najlae Lhimer à Reuters.

"Je pense aux autres expulsés restés là-bas", a-t-elle ajouté, faisant allusion au jeune Hassan, apprenti sans papier de Montpellier expulsé il y a un an vers le Maroc, qui a passé trois semaines à ses côtés à Rabat.

Expulsée le 20 février vers son pays d'origine, Najlae Lhimer a déclaré l'avoir fui en 2005 afin d'échapper à un mariage arrangé.

Elle vit depuis à Château-Renard (Loiret), chez un frère qu'elle accuse de violences.

Des associations de soutien rapportent qu'elle a été arrêtée alors qu'elle venait porter plainte pour ces violences, une version contestée par la préfecture du Loiret.

A l'occasion de la Journée de la femme, le 8 mars, Nicolas Sarkozy s'est prononcé pour le retour en France de la jeune femme.

Un visa lui a été accordé selon la volonté présidentielle de faire un "geste humanitaire", a confirmé ensuite le ministre français de l'Immigration, Eric Besson.

"J'ai un peu de rancoeur contre les gendarmes qui m'ont mis dans cette situation", a déclaré Najlaer Lhimer samedi. "Ils m'ont fait passée de victime à coupable mais cela passera avec le temps".

La jeune femme compte reprendre ses cours d'hôtellerie lundi au lycée des métiers Françoise-Dolto d'Olivet, près d'Orléans (Loiret).

Mourad Guichard, édité par Elizabeth Pineau