BFM Business

Réforme du code du travail: Édouard Philippe fait le service après-vente

Invité du 20 heures de France 2, le Premier ministre est revenu sur les annonces faites à la mi-journée dans le cadre de la réforme du code du travail, rappelant l'importance du "dialogue social"

Après avoir dévoilé le contenu des ordonnances relatives à la réforme du code du travail, le Premier ministre était l'invité du 20 heures de France 2 ce jeudi soir. L'occasion de revenir sur les contours des différentes mesures annoncées à la mi-journée.

"Mon objectif est de faire une réforme équilibrée et efficace", a d'abord indiqué le locataire de Matignon qui a longuement insisté sur l'importance du dialogue social qui "permet une meilleure efficacité dans l'entreprise et un développement économique et humain". Et d'ajouter: "Nous voulons rendre possible la discussion possible partout, au meilleur niveau dans l'entreprise et dans la branche".

Fléxi-sécurité?

Accusé par certains de ses détracteurs d'avoir présenté une réforme qui flexibilise plus qu'elle ne sécurise, le Premier ministre s'est défendu en invoquant plusieurs garanties présentes dans la loi, dont la hausse des indemnités de licenciements à 25%: "Elles étaient en dessous de la moyenne européenne, il y avait une forme d'injustice", a-t-il souligné.

Et l'ancien maire du Havre de poursuivre en indiquant que la "meilleure sécurité face au chômage est la formation". "C'est la raison pour laquelle nous allons engager à la fin du mois de septembre un projet de loi qui permettra d'améliorer la formation professionnelle et l'apprentissage", a-t-il rappelé. Si il reconnaît que "le droit du travail n'est pas le seul critère qui explique le chômage", il a assuré qu'il s'agissait toutefois "d'un des éléments qui freinent l'embauche", à l'instar, selon lui, du coût du travail. De quoi justifier la prochaine "baisse des cotisations sociales".

Plus globalement, Édouard Philippe a résumé le contenu de la loi travail en la résumant à un objectif: "Nous voulons faire en sorte que dans tous les domaines, on produise un système qui favorise l'embauche et le dialogue social et qui permette de lutter contre le chômage de masse. [...] Nous ne pouvons pas durablement vivre avec 9% de chômage".

Un texte quasi-définif

Le texte présenté ce midi ne devrait pas connaître de modifications majeures: "J'ai indiqué que le texte qui a été présenté est le texte tel qu'il serait transmis au Conseil d'État et présenté en conseil des ministres. Il peut toutefois être modifié à la marge", a précisé le locataire de Matignon qui a fait savoir sa volonté "d'aller vite".

P.L