BFM Business

Rafale F4: l’ère du combat en réseau

-

- - ERIC BARADAT / AFP

La ministre de la Défense lance le nouveau programme Rafale. Deux milliards d'euros vont être investis pour développer une nouvelle version de l'avion de chasse.

Le Rafale F4 entre dans une nouvelle ère, celle du combat en réseau. Le champ de bataille se transforme et devient petit à petit une gigantesque base de données. Des signes vitaux des hommes sur le terrain en passant par le niveau de carburant des chars ou le positionnement des véhicules blindés, toutes ces masses d'informations qui remontent en permanence du terrain doivent être, dans la mesure du possible, traitées en temps réel car elles offrent une vision unique du champ de bataille, et donc, un intérêt stratégique évident. (C'est d'ailleurs tout l'enjeu que de développer au sein de l'armée française le traitement et la maîtrise du big data, c'est le programme ARTEMIS).

Une frappe de Rafale sera plus efficace si elle agrège, en temps réel, ses propres mesures avec les données météo d'un drone et celles d'un blindé au sol. Ainsi le futur Rafale F4 doit disposer d'une capacité de calcul accrue, de nouveaux capteurs radars, ou encore d'une liaison satellite améliorée. Objectif : tout faire pour accélérer les échanges et le traitement de l'information car c'est plus que jamais le nerf de la guerre. Il s'agit aussi de mettre en place un système de maintenance prédictive pour détecter, avant qu'elles ne surviennent, les éventuelles pannes.

Un pas de plus vers le Système de Combat aérien du Futur

1,9 milliard d'euros doit être débloqué pour moderniser l'avion de chasse. 30 nouveaux exemplaires version F4 doivent être commandés auprès de Dassault dès 2023. Si les tous premiers appareils sont attendus pour 2024, certaines nouvelles fonctions pourraient apparaître sur la version précédente du Rafale (Rafale F3-R) dès 2022.

Le Rafale F4 constitue une première étape vers le Système de Combat Aérien du Futur (SCAF). Un programme développé conjointement par le France et l'Allemagne et mené par Dassault et Airbus. Il faut imaginer un système où évolueraient côte à côte des essaims de drones accompagnés d'avions de chasse nouvelle génération, tous parfaitement synchronisés et interconnectés. Les premiers prototypes pourraient être présentés vers 2025 mais leur mise en service est programmée, pour l'instant, vers 2040.