BFM Business

Pourquoi y a-t-il autant de "vieux" stagiaires en Italie?

Depuis deux ans, les chômeurs de plus de 50 ans peuvent faire des stages en Italie

Depuis deux ans, les chômeurs de plus de 50 ans peuvent faire des stages en Italie - Unsplash - Pixabay - CC

14,4% des stagiaires en Italie avaient plus de 45 ans en 2016, selon les données du ministère du Travail citées par les Échos. Ce qui est dû à une réforme mise en place par le gouvernement en 2014.

Côtoyer un stagiaire quinquagénaire. Si la situation peut paraître incongrue en France, elle n'a rien d'exceptionnelle en Italie. En effet selon les chiffres du ministère du Travail, cités par Les Échos, l'an passé, le nombre de stages dans le pays transalpin a bondi, passant de 114.000 à 143.000.

Parmi, les stagiaires, 41% avaient moins de 24 ans, 44% plus avaient entre 25 et 34 ans et….14,4% plus de 45 ans! Autrement dit, un stagiaire sur sept en Italie était un quinquagénaire l'an dernier ou presque!

Pourquoi y a-t-il tant de stagiaires seniors en Italie? La réponse est à chercher du côté d'une mesure mise en place par Matteo Renzi, l'ancien président du Conseil italien. "Depuis 2014, l’apprentissage, alors réservé aux jeunes de moins de 29 ans, a été ouvert aux chômeurs de plus de 50 ans", indique ainsi Danielle Schweisguth, économiste chez Société Générale.

Un taux de chômage qui remonte

Il y a deux ans, Matteo Renzi avait mis en place son fameux "Jobs act" qui a permis de flexibiliser un marché du travail perçu comme étant sclérosé. Ce texte avait notamment créé un contrat de travail intermédiaire, entre le CDI et le CDD, avec un licenciement facilité pendant les trois premières années du contrat. Le texte avait, donc, permis d'embaucher comme stagiaires des seniors.

Une mesure qui a ainsi tendance à précariser l'emploi des seniors. Maurizio del Conte, le président de l'ANPAL (l'Association national du Travail) affirme ainsi aux Échos que, le nombre de "vieux" stagiaires" est le signe que le stage se substitue désormais aux vrais contrats de travail. Même si, dans le même temps, cela permet à des chômeurs peu qualifiés de reprendre pied dans l'entreprise.

En l'état le "Jobs act" de Renzi n'a pas fait de merveilles. Après être passé de 12,8%, début 2014 à 11,6% mi-2015, le taux de chômage italien est désormais remonté à 12%. Avec un inquiétant taux de 40% pour les jeunes de 15 à 24 ans…

Julien Marion