BFM Business

Pourquoi la CFDT ne défilera pas avec la CGT le 1er mai

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT a annoncé que son syndicat ne défilerait pas aux côtés de la CGT le 1er mai. (image d'illustration)

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT a annoncé que son syndicat ne défilerait pas aux côtés de la CGT le 1er mai. (image d'illustration) - Alain Jocard - AFP

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a annoncé que son syndicat ne défilerait pas avec la CGT pour le 1er mai, refusant ainsi l'événement unitaire proposé par son homologue de la CGT.

La CFDT refuse la proposition de Philippe Martinez. Ce dernier, secrétaire général de la CGT, avait souhaité dimanche que "l'ensemble des organisations syndicales" soient main dans la main à l'occasion du 1er mai. Il en a fait directement la proposition aux autres leaders des cinq principaux syndicats lors d'une discrète rencontre organisée cette semaine.

"J'ai déjà répondu à Philippe Martinez, quand je l'ai rencontré en début de semaine", a répondu Laurent Berger, interrogé par Public Sénat. "La CFDT sera avec la CFTC et l'Unsa à Paris pour parler de nos revendications, nous aurons un rassemblement spécifique et nous ne le ferons pas avec la CGT."

La convergence des luttes ne fonctionne pas 

Alors que la CGT organise jeudi une journée d'actions nationale interprofessionnelle, à laquelle la CFDT a également refusé de se joindre, Laurent Berger a redit que, pour lui, la "convergence des luttes" chère à Philippe Martinez "ne fonctionne pas". "C'est plus une démarche politique, qui n'est pas la nôtre, qu'une démarche syndicale", a-t-il déclaré.

S'il y a "évidemment" des "points communs entre les salariés dans ce pays", "il y a aussi des combats spécifiques selon les champs professionnels", a-t-il estimé. "Si je prends les Ehpad" et "les hôpitaux", a-t-il poursuivi, "nous demandons par exemple que les aides-soignants soient revalorisés de catégorie C à catégorie B et ce n'est pas en faisant une convergence des luttes qu'on y arrivera, ça c'est sûr".

De son côté, Pascal Pavageau, qui doit succéder à Jean-Claude Mailly à la tête de Force Ouvrière le 27 avril, a confirmé qu'il n'était pas prévu de 1er mai unitaire des cinq principaux syndicats. "Il semble qu'ils en aient discuté entre eux et que la conclusion de leur débat soit de dire qu'il n'y a pas de 1er mai unitaire prévu".

A.M. avec AFP