BFM Business

Pourquoi l'agriculture française a créé moins de richesses en 2019

Grâce à l'épargne solidaire des Français, des agriculteurs bénéficient d'apport de trésorerie aux conditions de remboursement très souples.

Grâce à l'épargne solidaire des Français, des agriculteurs bénéficient d'apport de trésorerie aux conditions de remboursement très souples. - Pixabay- CC

Plusieurs facteurs ont plombé la valeur ajoutée du secteur l'an passé, notamment une baisse notable de la production viticole, selon un rapport de l'Insee.

Après deux ans de hausse, la contribution de l'agriculture à l'économie française calculée sous la forme d'une valeur ajoutée brute par actif s'est repliée de 4,3% en 2019, selon une note de l'Insee. En 2018, la progression était de 10,6%.

Le secteur a dû faire face à une série de facteurs négatifs avec en premier lieu la baisse de la production agricole (en valeur) de -1,6%, pénalisée par le fort recul de celle de vin (-15,8%). 

La valeur générée par le secteur a également été pénalisée par les conditions climatiques défavorables l'an passé et en raison de la baisse de la valeur de production des produits végétaux (-4,3%), alors que celle des produits animaux augmentait (+2,5%).

Augmentation des charges

Les volumes se replient de 1,2% et les prix de 0,5% (contre +5,4% en 2018 grâce au bond des cours du porc). La hausse des volumes de céréales compense à peine la baisse de leur prix.

Dans le même temps, les charges des agriculteurs ont augmenté de 1,2%, du fait d’une hausse des prix des intrants.

"Dès lors, sous l’effet conjugué du recul de la production et de cet accroissement des charges, la valeur ajoutée de la branche agricole se replie", explique l'institut national des statistiques.

L'emploi agricole a quant à lui poursuivi sa décrue (-1,5% entre 2018 et 2019) "avec même une accélération du recul de l'emploi non salarié", note l'Insee.

Olivier Chicheportiche