BFM Business

Pourquoi Emmanuel Macron veut reporter le prélèvement à la source

Le candidat d’En Marche à la présidentielle veut décaler d’un an la mise en place du prélèvement à la source, officiellement pour une raison technique. Mais en réalité, le problème est avant tout d'ordre politique.

Initialement prévu au 1er janvier 2018, le prélèvement à la source attendra une année de plus si Emmanuel Macron l'emporte le 7 mai prochain. Le candidat d’En Marche veut en effet reporter la mise en place du dispositif, évoquant des raisons techniques. Il y aurait encore des doutes sur la validité constitutionnelle de la réforme, ainsi que sur la confidentialité des données personnelles pour certains salariés.

Un an de plus donc, pour être sûr qu'il n'y ait plus de bugs. Un délai pendant lequel le prélèvement à la source serait simulé sur un échantillon d'entreprises dont le périmètre reste encore à valider.

Pas une priorité de début de quinquennat 

Mais l'autre raison est plus politique. Selon un proche d'Emmanuel Macron, le prélèvement à la source n'est pas une priorité de début de quinquennat. Les premiers mois seront consacrés au marché du travail, et à l'école.

En outre, sur le plan fiscal, le candidat d'En Marche a promis de baisser les cotisations salariales. Or le prélèvement à la source effacerait tout le bénéfice politique de ce coup de pouce au pouvoir d'achat, censé être visible sur la fiche de paie dès le 1er janvier 2018.

Mathieu Jolivet