BFM Business

Pour Hollande, la vitalité du pays "dépend des créateurs d'entreprise"

François Hollande au salon des entrepreneurs.

François Hollande au salon des entrepreneurs. - Christophe Ena / POOL / AFP

En déplacement au Salon des entrepreneurs à Paris, le président de la République a vanté le rôle des créateurs d'entreprise dans le dynamisme économique. Il en a également profité pour défendre son bilan.

François Hollande a estimé mercredi que la vitalité économique de la France "dépendait des créateurs" d'entreprise et en a appelé à leur "responsabilité". "Le rôle des pouvoirs publics, des collectivités locales, des chambres de commerces, de Pôle emploi, c'est de créer l'environnement le meilleur, c'est-à-dire de vous donner les informations, tous les soutiens, toutes les aides, tous les financements" nécessaires à la création d'entreprise, a déclaré le président de la République devant une assemblée d'entrepreneurs et de futurs dirigeants, réunis au Salon des entrepreneurs à Paris.

Mais, a-t-il averti, "on ne peut pas se substituer à l'envie, à la volonté, à l'engagement, à la prise de risques. C'est vous qui avez cette responsabilité. Personne ne le fera à votre place". Ce discours était l'occasion pour François Hollande de défendre son bilan, alors que la course à la présidentielle est désormais largement engagée. "La France, contrairement à ce que l'on pourrait penser (...) est un pays de création d'entreprise", a-t-il affirmé.

"Il se crée chaque année plus de 500.000 entreprises. En 2016, il y a même eu un record à 550.000. Cela veut dire que l'activité économique est meilleure, mais que les entreprises ont été mieux soutenues", a-t-il justifié, soulignant avoir au cours de son mandat supprimé le "rappel de l'échec" aux créateurs d'entreprise dont l'aventure a échoué une première fois, ainsi que la possibilité de "créer une entreprise en moins de quatre jours".

Un chômage toujours trop haut 

Malgré un mauvais mois de décembre, l'inversion de la courbe du chômage, tant promise par François Hollande, s'est bel et bien concrétisée en 2016, Pôle emploi enregistrant sa première baisse annuelle depuis 2007. L'année dernière, le nombre de chômeurs a baissé de 107.400 personnes (-3,0%) en métropole, selon les chiffres du ministère du Travail. L'indicateur n'avait plus reculé sur une année civile depuis la crise financière.

Cependant, le chômage est un point noir du quinquennat: il reste massif, avec 3,47 millions de personnes sans activité (catégorie A) en métropole et 3,73 millions en France entière, et Pôle emploi a vu affluer 550.300 chômeurs supplémentaires en métropole depuis mai 2012.

P.L avec AFP