BFM Business

Pour François Hollande, la compétitivité est un préalable à la croissance

Le président français assure que le rapport Gallois et celui de l'OCDE sur la compétitivité des entreprises l'aideront à fixer le cap sur la croissance

Le président français assure que le rapport Gallois et celui de l'OCDE sur la compétitivité des entreprises l'aideront à fixer le cap sur la croissance - -

Le président de la République n’a procédé à aucune annonce, après sa réunion avec les plus grandes instances économiques internationales. Il a toutefois préparé un peu plus le terrain à une action sur la compétitivité qui engloberait de nombreux aspects.

François Hollande ne pouvait rêver meilleure assemblée pour convaincre de la crédibilité de l’économie française. Ce lundi 29 octobre, le président de la République a reçu les dirigeants des cinq grandes organisations économiques mondiales: le FMI, l’OCDE, l’OMC, la Banque mondiale et l’organisation internationale du travail. Une première pour un président de la République. D’ailleurs ce dernier espère que ce rendez-vous pourra s'"institutionnaliser" chaque année.

Quant à ce qui est ressorti de cette réunion, le président a identifié trois défis auxquels la France fait face: l’endettement, "qui pourrait devenir insupportable à long terme", une situation économique inquiétante marquée notamment par le chômage, et pour finir la compétitivité. Il a ainsi rappelé les engagements que le gouvernement français a pris pour relever chacun de ses défis, avec en première ligne la réduction du déficit à 3% d’ici 2013, la création de la Banque publique d'investissement et les contrats de génération pour l’emploi.

Concernant la compétitivité, il a fait référence au rapport de l’OCDE sur précisément la compétititivité des entreprises françaises, qui sera publié dans quelques jours. François Hollande a assuré que ce rapport sera "un élément de contribution" aux décisions du gouvernement, avec le rapport Gallois qu’il a une nouvelle fois cité. Il n'a pas manqué de relever un passage de ce rapport de l’OCDE dans lequel il est dénoncé une compétitivité dégradée "en raison d’absence de décision politique". Le président français a conclu: "Nous avons ainsi à faire ce que les autres n’ont pas fait. Nous le ferons avec responsabilité et justice", a-il déclaré.

Logement, éducation, innovation... avant le coût du travail

Il a rappelé qu’il proposerait un "pacte de compétitivité" qui s'appuiera sur différents leviers: le logement, l'Education, l'innovation... le coût du travail n'arrivant qu'en dernier dans l'énumération faite par le président aujourd'hui. Pour plus de précisions il faudra attendre. La nouvelle "donne" sera anoncée "dans quelques jours après la remise du rapport Louis Gallois", le 5 novembre prochain. "Cette donne-là sera celle du quinquennat", déclare-t-il. François Hollande a visiblement bien écouté Pascal Lamy, le directeur général de l'Organisation mondiale du travail: "Les pays qui ont fait le choix de la compétitivité sont ceux qui ont fait le choix du retour à la croissance", a répété le pensionnaire de l'Elysée.

BFMbusiness.com