BFM Business

OCDE: l’Europe pénalise la reprise mondiale

La croissance de la zone euro déçoit, constate l'OCDE.

La croissance de la zone euro déçoit, constate l'OCDE. - Georges Gobet - AFP

L'économie mondiale continue de se redresser très progressivement, notamment grâce à la vitalité des Etats-Unis, selon les prévisions de l’OCDE publiées ce 6 novembre. Mais la zone euro est à la traîne, la France voyant sa prévision de croissance abaissée de 0,1% pour 2015.

L'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) a abaissé de 0,1 point, ce jeudi, sa prévision de croissance de l'économie française en 2015. Elle table désormais sur une croissance de 0,9%, contre 1% annoncé mi-septembre.

L’organisation réitère son constat d'un ralentissement des grandes économies mondiales en épinglant particulièrement l’Europe. "La croissance de la zone euro a régulièrement déçu au cours des dernières années", constate l'OCDE dans un communiqué.

Un chômage élevé en Europe

"La consommation par habitant est inférieure à son niveau d'il y a dix ans. L'investissement du secteur privé est faible. Les gouvernements ont réduit leurs dépenses et augmenté les impôts. L'atonie de la demande a contribué pour un certain temps au maintien de l'inflation à un niveau bien inférieur à l'objectif de la BCE. Le chômage reste à un niveau élevé".

De ce fait, l'organisation presse la Banque centrale européenne (BCE) d'honorer sa promesse "de faire tout ce qu'il faut" pour soutenir son économie en lançant un programme d'achats de titres de dette souveraine.

Une croissance mondiale modeste

Au niveau mondial, l'organisation prévoit un renforcement progressif de la croissance, qui restera tout de même "modeste" par rapport aux années passées. Elle ne revoit que légèrement en baisse ses dernières prévisions de mai, la croissance mondiale atteindrait 3,3% cette année avant 3,7% en 2015 (contre 3,4% et 3,9% prévu précédemment) puis 3,9% en 2016.

L’OCDE relève d'importantes différences entre les pays, avec une croissance plus solide aux Etats-Unis. Elle prévoit une croissance qui accélérerait de 2,2% cette année à 3,1% l'an prochain, l'amélioration du marché du travail profitant à la consommation. L'embellie outre-Atlantique contraste avec la situation de certains grands émergents : l'OCDE revoit en légère baisse ses prévisions pour la Chine, à 7,3% de croissance cette année puis 7,1% en 2015 (contre respectivement 7,4% et 7,3% précédemment). Elle anticipe désormais une croissance nulle l'an prochain en Russie sous les effets combinés de la baisse des matières premières et des sanctions liées à son différend avec l'Ukraine.

C.C. avec agences