BFM Business

Moscovici devient commissaire aux Affaires économiques et financières

L'ancien ministre de l'Economie Pierre Moscovici a été nommé commissaire aux affaires économiques et monétaires

L'ancien ministre de l'Economie Pierre Moscovici a été nommé commissaire aux affaires économiques et monétaires - Fabrice Coffrini - AFP

L'ancien ministre de l'Economie et des Finances a finalement hérité de ce portefeuille clef au sein de l'équipe de Jean-Claude Juncker. Il sera toutefois "supervisé" par deux vice-présidents.

Hasard du calendrier, c'est le jour même où le gouvernement français décide de reporter à 2017 l'objectif des 3% de déficit que Pierre Moscovici devient commissaire européen aux Affaires économiques et financières.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a en effet dévoilé sa nouvelle équipe, ce mercredi 10 septembre. Celle-ci doit prendre ses fonctions début novembre. 

Et, finalement, Pierre Moscovici a bien hérité du portefeuille qu'il désirait, lui que des informations de presse avaient un temps envoyé à la Concurrence pour apaiser les craintes de Berlin. 

Sur le papier, il est vrai que l'ancien ministre de l'Economie et des Finances incarne l'échec du gouvernement Ayrault à tenir les objectifs de déficit imposés par Bruxelles.

"Je ne serai pas l'ambassadeur d'un pays, je ne serai pas l'ambassadeur d'un parti. J'agirai au nom de règles européennes", affirmait toutefois dimanche 7 septembre Pierre Moscovici, avant sa nomination.

Des comptes à rendre

Néanmoins, la structure de la nouvelle Commission européenne instaure une sorte de "garde-fou" pour le nouveau Commissaire européen aux affaires économiques et financières.

Ainsi, sept vice-présidents seront en charge des priorités de l'Union européenne. Et Pierre Moscovici sera sous la tutelle de deux d'entre eux: le Letton Valdis Dombrovskis, chargé des questions portant sur l'euro et le dialogue social, et le Finlandais Jyrki Katainen, qui a lui pour mandat "la croissance, l'emploi, l'investissement et la compétitivité". Pierre Moscovici aura donc des comptes à rendre.

L'autre homme fort de la Commission Juncker, est un Britannique, Jonathan Hill. Celui-ci obtient le portefeuille de la stabilité financière et des services financiers, succédant ainsi à Michel Barnier.Une nomination forte en symbole quand on sait le poids de la City de Londres sur le finance européenne.

L'un des grands postes clefs de la Commission européenne, la Concurrence, échoue à la Danoise Margrethe Vestager. L'Allemand Günther Oettinger, auparavant commissaire européen à l'Energie, passe lui à l'Economie numérique. La Suédoise Cecilia Malmström obtient, elle, le Commerce.

N.G., J.M.