BFM Business

Moody’s, l’Espagne, la Grèce: ce qu’en pense Bruxelles

A la Commission européenne, on s'attend encore à un été mouvementé pour la zone euro.

A la Commission européenne, on s'attend encore à un été mouvementé pour la zone euro. - -

Moody's a annoncé le 23 juillet au soir qu’elle mettait la note de l’Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg sous perspective négative. Pas de quoi alarmer les fonctionnaires de la Commission, qui ont bien d’autres sujets d’inquiétude.

Menace de dégradation du triple A allemand, récession plus forte que prévue en Grèce, régions espagnoles en difficulté: les mauvais signaux s'accumulent en zone euro. L'Europe pourrait encore traverser de fortes turbulences cet été. Dans les coulisses de Bruxelles, on est aux aguets.

Pour autant, concernant les agences de notation, les fonctionnaires sont plutôt sereins. Certes, Moody's menace le triple A allemand, mais à Bruxelles, on estime que la France et l'Allemagne vont rester des valeurs refuges si la situation venait à se dégrader encore plus.

L'Espagne, véritable urgence du moment

Sur le cas grec, l'heure est plutôt à la résignation. "Les jeux sont faits", dit un diplomate européen. Les aides ont été votées, les engagements pris. Il ne reste plus qu'à voir si les Grecs les respecteront.

Finalement, l'hypothèse d'une sortie de la Grèce de la zone euro, qui revient à l’ordre du jour, n'est pas l'inquiétude principale des Européens. C’est plutôt l’Espagne qui fait craindre le pire.

Les institutions bruxelloises ont ainsi les yeux rivés sur Madrid. Le taux auquel le pays se finance sur les marchés est devenu la véritable urgence du moment, nous dit-on.

Une fois de plus, c'est la cohésion européenne qui est mise à rude épreuve. Et pourtant, à ce stade, aucune réunion d'urgence de type eurogroupe ou Conseil européen n’est prévue.

Mathieu Jolivet