BFM Business

Mondial Auto 2018 : succès populaire et révolution raisonnée

L'édition 2018 du Mondial aura rassemblé autant de visiteurs qu'en 2016... avec 5 jours ouvrés en moins et beaucoup de constructeurs qui auront fait l'impasse.

L'édition 2018 du Mondial aura rassemblé autant de visiteurs qu'en 2016... avec 5 jours ouvrés en moins et beaucoup de constructeurs qui auront fait l'impasse. - ERIC PIERMONT / AFP

Le Mondial édition 2018 a attiré autant de visiteurs qu'en 2016, malgré une durée raccourcie et moins de constructeurs participants. Si certains d'entre eux se félicitent de chiffres de vente en forte hausse, ce Salon aura surtout été l'occasion de voir les solutions du futur, notamment l'électrification, intégrer progressivement l'ensemble des gammes, dans une optique raisonnée et réaliste.

Un bilan très positif malgré une fréquentation stable sur l'édition 2016. Avec 1,068 million de visiteurs, le Mondial 2018 égale quasiment en fréquentation l'édition précédente (1,073 million)... avec 5 jours de moins et de nombreux exposants absents (Nissan, Ford, Volkswagen ou Fiat entre autres). Paris reste donc de loin le Salon Automobile le plus fréquenté du monde.

«Chaque jour des records de fréquentation passés ont été battus» précise Jean-Claude Girot, Commissaire Général du Mondial de l'Auto, confirmant l'orientation plus qualitative que quantitative de l'édition de cette année, avec des constructeurs présents mettant l'accent sur le haut de gamme et l'avancée technologique.

Une Renault vendue toutes les 5 minutes !

Peu sont les constructeurs à communiquer officiellement sur leurs chiffres de ventes signées sur ces 11 jours de Mondial, mais certains font état de tendances assez spectaculaires. Citroën par exemple se félicite de ventes en hausse de 50% par rapport à 2016, 1.000 voitures au total, dont 32% pour le seul C5 Aircross (SUV plutôt haut de gamme, dont les prix commencent autour des 25.000 euros). Peugeot, entre ventes fermes et commandes, table sur un peu plus de 2000 véhicules écoulés en net sur cette édition, dont la moitié de SUV et 10% pour sa nouvelle grande berline 508.

Même ton optimiste chez Renault, qui dit avoir battu un nouveau record, en vendant au cours de ce Mondial (avec sa filiale Dacia) 1.500 voitures, une hausse de 15% par rapport à 2016, soit une voiture toutes les 5 minutes, contre une toutes les 6 minutes il y a 2 ans. «Une grande partie des commandes sont des Zoé électriques», précise-t-on en interne. Confirmation que les commandes sont prises sur des véhicules à forte plus-value, ici technologique.

Quête de plus-value

Un constat qui peut résumer l'ensemble de l'esprit de ce Mondial : le marché automobile semble s'orienter vers une transition capitale entre les différentes solutions de mobilité. Avec d'un côté une clientèle sans doute plus jeune, plus dynamique, plus flexible, prête soit à disposer d'un moyen de transport simple et efficace, ou à renoncer même à la propriété automobile pour s'orienter vers des solutions de mobilités nouvelles (partage, location longue durée, etc)... et d'un autre côté des automobilistes fermement attachés à l'objet-voiture, mais qui pour le coup voudront des produits à forte valeur ajoutée, qualitative et technologique.

Et dans cette quête de plus-value, l'accent a été mis clairement cette année sur l'électrification, mais d'un point de vue raisonné et réaliste. Si certaines disruptions nettes sont visibles et immédiatement accessibles, comme la Tesla 3, l'Audi E-Tron, le Jaguar I-Pace, ou le Mercedes EQC (tous 100% électriques), on a également la preuve que les grands constructeurs mondiaux, à l'écoute de leurs clients, sont en train de progressivement intégrer les techniques d'électrification sans pour autant aller trop vite.

L'hybride rechargeable star du Mondial

Après avoir fait la preuve que l'intérêt de petites ou moyennes citadines (Nissan Leaf, Renault Zoé, Twizy ainsi que la nouvelle K-ZE) se justifiait pleinement, et répondait à un besoin notamment dans les grandes villes, les grands constructeurs ont voulu démontrer au cours de ce Mondial 2018 qu'il fallait aller plus loin, et intégrer ces technologies à l'ensemble de la gamme.

Ce Mondial aura d'ailleurs consacré l'hybride rechargeable comme la solution de développement privilégiée du moment. 3 modèles lancés chez Peugeot, 3 annoncés chez Renault, entre autres, qui permettent d'électrifier et de réduire les émissions à un coût raisonnable, sur des modèles plus gros et plus polyvalents. 

Un nouveau pas vers une électrification progressive mais réaliste, qui tient compte des besoins du consommateur en quête d'autonomie, ainsi que de la lenteur de la mise en place des réseaux d'infrastructure de recharge. D'ailleurs tous les constructeurs généralistes présents sont clairs : hors de question de renoncer au thermique ou au diesel pour autant, l'avenir automobile allant certes vers l'électrique, mais via une transition raisonnée qui passe par l'optimisation de tous les types de motorisations.