BFM Business
Monde

Pourquoi l'ouverture de voies maritimes polaires changera peu le commerce mondial

La fonte des glaces due au réchauffement climatique aboutira bientôt à l’ouverture de nouvelles routes maritimes permanentes à travers l’océan Arctique.

La fonte des glaces due au réchauffement climatique aboutira bientôt à l’ouverture de nouvelles routes maritimes permanentes à travers l’océan Arctique. - Jonathan Bellenand-MARINE NATIONALE-AFP

Le réchauffement climatique favorise l’ouverture de routes maritimes régulières polaires par l’océan Arctique. Mais une étude française en minimise l'impact sur le commerce et l'économie mondiale. Le coût de navigation restera, selon elle, plus élevé qu'ailleurs.

La fonte des glaces due au réchauffement climatique, va-t-elle bouleverser la géographique du commerce mondial en ouvrant de nouvelles voies maritimes polaires à travers l’océan Arctique? Pas vraiment estiment les chercheurs français du centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII) dans une étude récente.

Ces nouvelles routes polaires raccourcissent la distance que les navires ont à parcourir relativement à celle des routes maritimes commerciales traditionnelles. Mais selon eux, elles "n'auront qu'un impact modeste sur le commerce mondial".

De nombreux armateurs fondent pourtant leurs espoirs sur le passage du Nord-Est qui longe la côte russe sibérienne -déjà ouvert au trafic commercial pendant une courte période en été- mais nécessitant néanmoins des navires spécialement conçus pour la navigation polaire.

Impact positif pour les exportations d'Europe du nord et d'Asie

Présentée comme une alternative à la route du sud passant le canal de Suez, cette voie a été testée par l'armateur danois Maersk. L'un de ses porte-conteneurs a réussi, fin septembre 2018, à relier par l'océan arctique, le port de l'Extrême-orient russe de Vladivostok à Saint-Pétersbourg, en cinq semaines. Le navire, même s'il a été conçu pour affronter des mers très froides et jalonnées de glaces (jusqu'à 1 mètre d'épaisseur), a été assisté sur la route par des brise-glace nucléaires pour assurer ce périple.

-
- © Le Japon, la Chine et la Corée du Sud, ainsi que le Royaume-Uni, la Norvège et l’Allemagne verront leurs exportations augmenter entre 0,04 % et 1,11 % selon la route considérée et l’élasticité du commerce à la distance. Source: CEPII

Les chercheurs du CEPII confirment le potentiel de cette route. L’ouverture des routes polaires aura "un impact positif -mais modeste- sur les exportations totales du nord de l’Europe et de l’Asie. En effet, les ports situés dans ces régions gagneront en accessibilité relativement à ceux situés plus au sud" expliquent-ils dans leur l'étude. Selon leurs calculs, le Japon, la Chine, la Corée du Sud, le Royaume-Uni, la Norvège et l’Allemagne verront leurs exportations augmenter entre 0,04 % et 1,11 % selon la route polaire maritime considérée et l’élasticité du commerce à la distance.

Mais ce petit avantage sera modeste. En effet "le coût de la navigation restera vraisemblablement plus élevé qu’ailleurs", selon eux, par ces voies maritimes polaires, l'autre route libérée par la fonte des glaces étant le passage du Nord-Ouest qui longe la côte septentrionale du Canada.

Le Canada et la Russie tentés d'imposer des droits de passage?

En effet, "même après la fonte de la calotte glaciaire, les icebergs resteront fréquents dans l'océan Arctique. Par ailleurs, le ravitaillement et le sauvetage des navires en détresse pourraient demeurer plus coûteux en raison de l'accès difficile aux côtes de l'océan Arctique. Enfin, le Canada et la Russie pourraient être tentés d'imposer des droits de passage pour naviguer le long de leurs côtes septentrionales, renchérissant d’autant la navigation arctique".

L'étude du CEPII estime que l’augmentation attendue du commerce mondial est divisée par trois pour un coût de navigation sur la voie maritime arctique de 20 % plus élevé que par la voie classique. Pour un coût relatif supérieur de 70 % à celui de la navigation classique, tout effet positif disparaît.

En conclusion, selon ces chercheurs, "les routes polaires n'augmenteront que très modestement le commerce mondial (entre +0,04 % et +0,32 %, suivant les estimations)". À titre de comparaison, l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) estime que le commerce a augmenté de 3,6 %, rien que pour l’année 2017.

Frédéric Bergé