BFM Business

G7: Trump regrette de ne pas avoir relevé davantage les droits de douane sur les produits chinois

Donald Trump

Donald Trump - Nicholas Kamm / AFP

La Maison Blanche a rectifié une erreur d'interprétation ce dimanche. Contrairement à ce qui avait été compris, le président américain ne regrette pas la guerre commerciale avec la Chine. À l'inverse, il regrette plutôt de ne pas s'être montré assez dur.

La Maison Blanche a fait savoir ce dimanche que les regrets exprimés par Donald Trump sur la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine signifiaient simplement qu'il regrettait de ne pas avoir été encore plus dur, et non pas qu'il regrettait cette guerre.

"Il a été demandé au président s'il avait 'envie de se raviser sur l'escalade de la guerre commerciale avec la Chine'. Sa réponse a été très mal interprétée", a déclaré sa porte-parole Stéhpanie Grisham.

"Le Président Trump a répondu par l'affirmative car il regrette de ne pas avoir encore plus relevé les droits de douane".

"Harcèlement"

Un peu plus tôt dimanche, Donald Trump a pu laisser croire qu'il pourrait assouplir sa position. "J'y réfléchis à deux fois sur tous les sujets", a-t-il lancé. La guerre commerciale sino-américaine n'a cessé de s'exacerber depuis les premières mesures de Donald Trump sur l'acier et l'aluminium en mars 2018. Pékin a annoncé vendredi de nouvelles représailles tarifaires sur 75 milliards de dollars de produits américains.

Washington a aussitôt riposté en relevant les tarifs douaniers de 25% à 30% sur 250 milliards de dollars de marchandises chinoises. En outre, les 300 milliards de dollars d'importations restantes en provenance de Chine seront taxées à hauteur de 15% au lieu de 10%. En colère, Pékin a promis à son tour samedi que Washington "subira les conséquences" de ce "harcèlement".

Les retombées de la guerre commerciale sino-américaine suscitent de plus en plus de craintes de récession, des États-Unis à l'Europe et les différents dirigeants présents à Biarritz pour le sommet du G7 ont multiplié les appels à l'apaisement.

P.L avec AFP