BFM Business

Merkel: l’Europe devra se battre pour continuer sa politique sociale

Angela Merkel met en parallèle la part de la population mondiale représentée par les Européens et la part de dépenses sociales mondiales versées en Europe

Angela Merkel met en parallèle la part de la population mondiale représentée par les Européens et la part de dépenses sociales mondiales versées en Europe - -

La chancelière allemande a accordé une interview au Financial Times du 17 décembre. Elle y explique que l’Europe est loin d’être sortie de crise et que les avantages sociaux sont menacés.

Angela Merkel tire le signal d'alarme. Pour elle, l'Europe n'est pas tirée d'affaire. Dans une interview accordée au Financial Times le lundi 17 décembre, elle assure que les Européens ne doivent surtout pas relâcher leurs efforts s'ils veulent conserver leurs avantages sociaux.

50% des dépenses sociales mondiales sont européennes

Les habitants de l’Union européenne vont devoir se battre s'ils veulent conserver leurs acquis, indique en substance Angela Merkel. Ils vont devoir travailler très dur s'ils veulent préserver leurs avantages sociaux tout en restant compétitifs, affirme la chancelière allemande.

Sa démonstration tient en quelques chiffres: l’Europe représente à peine 7% de la population mondiale, seulement un quart du produit intérieur brut mondial, mais c'est 50% des dépenses sociales du monde.

Selon elle, les Européens n'en ont pas assez conscience. Trop de gens pensent que l'Europe est traditionnellement forte et que le monde nous attend. La chancelière remet les pendules à l’heure: l'Europe a encore une période difficile à traverser, la compétitivité doit rester la prioité absolue. Il ne faut surtout pas relâcher les efforts.

Caroline Morisseau