BFM Business

Merkel calme l'optimisme d'Hollande

Angela Merkel a tenu à maintenir la pression sur la Grèce.

Angela Merkel a tenu à maintenir la pression sur la Grèce. - -

Qu'on se le dise, la sortie de crise est encore loin. C'est en substance le message qu'Angela Merkel a voulu faire passer ce week-end, et qui tranche avec l'optimisme affiché par François Hollande.

Nouvelles tensions en zone euro. Alors que François Hollande évoquait la semaine dernière la fin de la crise européenne, Angela Merkel, elle, a remis un coup de pression. Pour la chancelière allemande, la crise de la dette va encore durer cinq ans.

La sortie de crise, ce n'est pas pour tout de suite. "Nous devons encore retenir notre souffle pendant cinq ans au moins", selon Angela Merkel. Pour la chancelière allemande, c'est le temps nécessaire pour convaincre à nouveaux les investisseurs mondiaux qui ne croient pas en la capacité des Européens à tenir leurs promesses.

François Hollande trop optimiste?

Un coup de pression qui tranche avec les déclarations optimistes de François Hollande la semaine dernière. Angela Merkel est catégorique: "tous ceux qui pensent que la crise sera réglée en un ou deux ans se trompent". Dans l'oeil du cyclone, en Grèce, là aussi l'optimisme n'est plus de rigueur : ce week-end, le Premier ministre grec a même parlé d'un risque de sortie de son pays de la zone euro. Des propos catastrophistes et peu rassurants, avant le vote -incertain- cette semaine par le Parlement grec des nouvelles mesures d'austérité réclamées par l'Union européenne et le FMI.

Simon Tenenbaum