BFM Business

Margrethe Vestager : "Une ère nouvelle du commerce international va s'ouvrir"

Margrethe Vestager n'affiche aucun trouble apparent à la suite de l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

Margrethe Vestager n'affiche aucun trouble apparent à la suite de l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis. - Saul Loeb-AFP

Invitée de BFM Business, la commissaire à la concurrence a estimé que l'élection de Donald Trump ouvrait une nouvelle ère pour le commerce international. Pour elle, il est probable que les négociations sur les traités en cours (TAFTA) soient ralenties.

Margrethe Vestager n'affiche aucun trouble apparent à la suite de l'élection de Donald Trump, à la présidence des États-Unis. "Tout est ouvert à ce stade: c'est la seule certitude que nous ayons" a déclaré la commissaire européenne à la concurrence, invitée à l'antenne de BFM Business ce jeudi 10 novembre 2016.

La commissaire d'origine danoise a toutefois concédé que le résultat de l'élection présidentielle américaine "allait ouvrir une nouvelle ère pour le commerce international" et qu'il était "probable" que les négociations actuelles sur les traités internationaux "soient ralenties".

-
- © -

"Nous allons continuer à travailler avec les États-Unis, la Chine ou le Brésil, avec le même souci qui nous anime: celui d'établir une concurrence équitable et de protéger l'Union européenne d'éventuelles pratiques de dumping" a t-elle affirmé. Elle a toutefois reconnu qu'il y avait "un travail politique" à effectuer pour éviter, qu'en Europe, "les gens aient le sentiment de ne pas bénéficier des retombées de la mondialisation".

Commentant la position des autorités irlandaises qui ont fait appel de la décision de la Commission européenne imposant à Apple de lui rembourser 13 milliards d'euros d'impôts, elle a par ailleurs déclaré: "Malheureusement, il est habituel qu’un État qui a accordé des aides jugées indues ne veuille pas récupérer l’argent par la suite. Il y a déjà eu des cas similaires par le passé. Nous travaillons avec les autorités irlandaises qui ont, selon nos procédures, quatre mois pour récupérer l’argent auprès d’Apple".

Enfin, concernant l'affaire qui l'oppose à Google, lequel vient de répondre à l'exposé des griefs de Bruxelles sur des pratiques anti-concurrentielles en matière d'e-commerce sur son moteur de recherche, elle a affirmé de manière sibylline: "Nous allons rentrer dans les détails".

Frédéric Bergé