BFM Business

Macron ne rétablira pas l'ISF

-

- - -

Le président balise le débat sur la fiscalité

Une trentaine de questions pour encadrer le grand débat et « transformer les colères en solutions »: Emmanuel Macron promet dans sa lettre aux Français rendue publique dimanche qu'il « tirera toutes les conclusions » de cette consultation inédite qui sera lancée mardi, mais le débat sur la fiscalité, l’un des thèmes choisis par l’exécutif, est dores et déjà sérieusement encadré.

Le chef de l'Etat assure que les propositions des Français permettront de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l'action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Il propose une liste d'une trentaine de questions sur les thèmes qu'il avait définis par avance le 10 décembre : fiscalité, modèle social, démocratie, institutions, transition écologique et diversité, immigration, laïcité.

« Quels impôts faut-il baisser en priorité »

Pourtant il trace plusieurs lignes rouges, en excluant de revenir sur les réformes votées sur la fiscalité sur le patrimoine. En clair, sur la suppression de l'ISF, dont le rétablissement fait pourtant partie des demandes les plus fréquentes apparues dans les cahiers de doléances ouverts dans des milliers de mairies. « Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises afin d'encourager l'investissement et faire que le travail paie davantage », confirme Emmanuel Macron dans sa lettre, « elles viennent d'être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable ».

Le président de la République reste en cela fidèle à la position qu’il tient depuis le début de cette crise quant à la fiscalité du capital : « nous n’allons pas revenir sur tout ce que nous avons fait » avait-il déjà répondu en conseil des ministres au mois de novembre.

« Nous devons en revanche nous interroger pour aller plus loin », estime-t-il dans sa lettre aux français : « comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ? Nous ne pouvons, quoi qu'il en soit, poursuivre les baisses d'impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique. Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ? Comment finance-t-on la transition écologique : par l'impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ? »

Le grand débat viendra compléter les mesures sur le pouvoir d'achat d'un total de 10 milliards d'euros (augmentation de 100 euros net pour les salariés autour du Smic, CSG des retraités...) annoncées le 10 décembre. Les modalités de cette consultation doivent être précisées lundi par le Premier ministre Édouard Philippe. Le pilotage reste encore à définir, après la défection cette semaine de la présidente de la Commission nationale du débat public, Chantal Jouanno, après une polémique sur sa rémunération.