BFM Business

Macron: "Le problème de la France, c'est d'abord elle-même"

Emmanuel Macron estime que" le problème de la France, c’est d’abord elle-même".

Emmanuel Macron estime que" le problème de la France, c’est d’abord elle-même". - Fred Dufour - AFP

Pour sa première interview depuis sa nomination, le ministre de l’Economie a livré son diagnostic du pays. La France est "malade" et n'a d'autre choix que de se réformer, a-t-il martelé.

Un électrochoc. Pour sa première interview depuis son arrivée à Bercy, mercredi 17 septembre sur Europe 1, Emmanuel Macron a dressé un portrait lucide de l’état du pays, a évoqué la future loi sur la croissance, et a arrondi les angles vis-à-vis de l’Allemagne.

>L’état de la France

"La France est malade", a lâché le nouveau ministre de l'Economie. "Il y a une fièvre dans ce pays qui s’appelle le chômage de masse".

>L'impopularité de l'exécutif

"Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt", a-t-il déclaré, reconnaissant l'impopularité de François Hollande et du gouvernement. Toutefois, selon lui, "on paye cash une décennie perdue".

> Les professions réglementées

Parler de rendre 6 millions d'euros de pouvoir d'achat aux Français en s'attaquant aux professions réglementées "n'est pas vrai", a-t-il assuré. Une pique visiblement adressée à son prédécesseur, Arnaud Montebourg.

"Le problème de la France, c'est d'abord elle-même"

> La loi sur la croissance

"Il n’y a pas une grande réforme dans ce pays qui débloquerait tout. Il y a toute une série de petites réformes" à effectuer, selon lui. Mais, a-t-il promis, "on ne fera rien qui soit perceptible par les gens".

> Les hausses d'impôts

Reconnaissant un "haut-le-coeur fiscal", le patron de Bercy a indiqué que même s'il n'est "pas le ministre des impôts", sa "forte recommandation est de ne plus toucher à la fiscalité".

> Les relations avec l'Allemagne

Interrogé sur les déclarations de Manuel Valls la veille appelant l'Allemagne à "prendre ses responsabilités", Emmanuel Macron a étonnamment pris le contrepied du Premier ministre. "Vous ne m’avez jamais entendu tenir un tel discours", a-t-il déclaré. "Je pense que le problème de la France, c’est d’abord elle-même". Avant de tempérer: "la France ne réussira pas sans l’Allemagne, mais l'Allemagne ne réussira pas sans la France".

> La grève à Air France

Emboîtant le pas à différents responsables politiques, Emmanuel Macron a appelé à l'arrêt de la grève. "Je crois qu'il y a un dialogue social qui est normal au niveau de l'entreprise, je pense que celle-ci doit trouver quelques concessions souhaitables. Mais au-delà de ça, on ne peut plus accepter qu'un pays soit bloqué par quelques-un (...) Je pense que la grève doit s'arrêter", a-t-il déclaré.

Yann Duvert et C. P.