BFM Business

Lutte contre la pauvreté: l'État veut "investir socialement" dans la jeunesse

Emmanuel Macron souhaite "un focus particulier sur la pauvreté des enfants et des jeunes".

Emmanuel Macron souhaite "un focus particulier sur la pauvreté des enfants et des jeunes". - Ludovic Marin - AFP

Emmanuel Macron doit lancer ce mardi une concertation de six mois sur la lutte contre la pauvreté, avec "un focus particulier sur la pauvreté des enfants et des jeunes", a déclaré Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des Solidarités.

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé et des Solidarités, participait ce mardi à un déjeuner autour du président Emmanuel Macron, qui veut développer une "politique préventive" de lutte contre la pauvreté et l'exclusion et pour cela "investir socialement" dans la jeunesse. Le chef de l'État doit lancer, en cette journée mondiale de refus de la misère, une concertation de six mois sur la lutte contre la pauvreté, avec "un focus particulier sur la pauvreté des enfants et des jeunes", a rappelé devant la presse la ministre.

"C'est un grand moment de concertation et de co-construction (...) dans un souci d'investissement social vis à vis de notre jeunesse", a-t-elle décrit. Rappelant que "neuf millions de personnes vivent en-dessous du seuil de pauvreté", la ministre a souligné que "la pauvreté a changé de visage, elle touche de plus en plus d'enfants, de familles, notamment monoparentales, et de plus en plus de jeunes".

Favoriser l'égalité des chances

Emmanuel Macron et Agnès Buzyn doivent ensuite se rendre dans l'après-midi dans une crèche de banlieue parisienne "qui s'est engagée en faveur de la mixité sociale", à Gennevilliers (Hauts-de-Seine). La concertation vise à "renouveler notre approche de la lutte contre la pauvreté et voir si nous pouvons (...) éviter que les jeunes pauvre d'aujourd'hui ne deviennent les pauvres de demain", a-t-elle ajouté. Il s'agit de "favoriser l'égalité des chances, de favoriser "une approche préventive" de lutte contre la pauvreté et l'exclusion" et de mieux accompagner les personnes qui "essaient de sortir de la pauvreté".

Cette "approche renouvelée" partira "d'initiatives locales" et sera "interministérielle", avec les politiques du logement, de l'éducation nationale, du travail et de la formation. Le gouvernement entend également poursuivre les efforts en faveur de l'"accès aux droits", a-t-elle précisé, alors que de nombreuses personnes ne demandent pas les prestations auxquelles elles sont éligibles.

Des actions engagées sous le précédent quinquennat, dans le cadre du plan 2013-2017 de lutte contre la pauvreté, seront poursuivies, a assuré Agnès Buzyn, citant notamment "la garantie jeunes", dispositif d'accompagnement pour les 16-25 ans très éloignés de l'emploi. "Peut-être faudra-t-il encore l'améliorer, parce que c'était une mesure emblématique et très efficace".

J.Mo. avec AFP