BFM Business

Lundi de Pentecôte: ceux qui travaillent et ceux qui se reposent

La Pentecôte est chômée dans les grandes groupes et l'industrie, beaucoup moins dans les PME

La Pentecôte est chômée dans les grandes groupes et l'industrie, beaucoup moins dans les PME - MYCHELE DANIAU/AFP

L'activité des grands groupes va tourner au ralenti ce lundi 25 mai. En revanche dans une majorité de PME et de TPE, les salariés sont invités à profiter de cette journée plus calme pour rattraper le retard accumulé au mois de mai.

Ce lundi, les salariés se divisent en deux camps: d'un côté, les veinards qui profitent d'un week-end prolongé, de l'autre, les courageux qui travaillent. Ces derniers seront largement minoritaires si l'on en croit Randstad: à peine 30 % des employés au travail le lundi de Pentecôte. Une tendance qui ne fait que se confirmer depuis 2008.

Couloirs vides dans les groupes 

Après avoir pris le pouls de ses agences locales, le groupe de travail temporaire est formel : l'activité va baisser en moyenne de 70%. Seules les équipes de saisonniers qui travaillent dans les grandes surfaces et les restaurants sont maintenues.

Pour le reste, la plupart des entreprises sont fermées, que ce soit dans l'administration publique ou l'industrie. Dans l'automobile, la chimie, le BTP, où l'activité est quasi inexistante, 70% des intérimaires ne travailleront pas. A Pau, l'agence Ranstad sait que 8 clients sur 10 vont fermer leurs portes ce lundi. Même son de cloche, dans les grandes entreprises, où les salariés sont souvent poussés à poser une journée de congés ou de RTT. 

Les PME ne chôment pas 

A l'inverse, les petites et moyennes entreprises tentent de maintenir une certaine activité. C'est particulièrement vrai cette année, où les nombreux ponts qui ont jalonné le mois de mai ont eu un impact direct sur la productivité. Certaines ne peuvent pas se permettre d'accumuler davantage de retard, elles incitent donc leurs employés à venir au bureau pour traiter les commandes. Les sous-traitants d'Airbus notamment seront à la manoeuvre pour répondre à l'important carnet de commandes que l'avionneur a engrangé.

Des salariés confus 

Si les TPE et PME sont plus enclins à faire travailler leurs salariés le Lundi de Pentecôte, c'est aussi parce qu'elles sont moins bien informées. En l'absence de service de ressources humaines, les salariés sont parfois perdus. A Nantes, l'agence interim raconte que "c'est le flou artistique pour les clients comme pour les salariés intérimaires." Certains pensent que c'est férié, d'autres que l'on travaille journée de solidarité oblige".

Manque d'information

Cette confusion donne lieu tous les ans à certains ratés: des employés restent au lit pendant que leurs collègues sont au bureau. Alors férié ou pas? Le meilleur moyen de ne pas se tromper, c'est de se renseigner, chaque entreprise est libre de choisir la date de sa journée de solidarité.

Ch.L.