BFM Business

Les quatre pays "frugaux" de l'UE peaufinent leur alternative au plan de relance franco-allemand

Mark Rutte.

Mark Rutte. - Aurore BELOT / AFP

Opposés au plan de 500 milliards d'Emmanuel Macron et Angela Merkel, les Pays-Bas, l'Autriche, la Suède et le Danemark vont présenter leur propre proposition, axée davantage sur des prêts que des subventions.

Quatre pays européens vont proposer une alternative au vaste plan de relance franco-allemand visant à aider l'Union européenne à surmonter la crise engendrée par la pandémie de coronavirus, a annoncé mercredi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Les Pays-Bas, l'Autriche, le Danemark et la Suède - surnommés les quatre "frugaux" - insisteront sur de plus grandes garanties pour que les pays bénéficiant d'une aide adoptent des réformes. Il plaideront également pour que toute aide prenne la forme de prêts et non de subventions.

"Réformes de grande envergure"

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont proposé lundi un plan de 500 milliards d'euros afin de relancer une économie mise à mal par la pandémie de Covid-19, via un mécanisme inédit de mutualisation de la dette européenne.

"Nous travaillons également à une suggestion. Merkel et Macron ont apporté une contribution pertinente aux discussions", a déclaré Mark Rutte lors d'une conférence de presse, précisant qu'il n'y a pas de "date précise" concernant la publication de ce plan.

"Nos propositions indiqueront très clairement que si vous faites une demande d'aide, vous devez mettre en oeuvre des réformes de grande envergure afin de pouvoir assurer votre autonomie la prochaine fois", a prévenu le Premier ministre néerlandais.

Pas de "coronabonds"

Certains pays européens, dont les Pays-Bas, se sont auparavant opposés à un emprunt conjoint à la zone euro pour lutter contre la récession par le biais de "coronabonds".

"La question est vraiment, pourquoi les pays du Sud ne sont pas en mesure d'investir autant dans l'économie que nous?", s'est interrogé Mark Rutte. 

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz avait indiqué lundi sur Twitter avoir eu "un bon échange avec les Premiers ministres du Danemark, des Pays-Bas et de la Suède" sur la proposition franco-allemande. Il s'était dit favorable "à aider par des prêts les pays les plus touchés", mais ne pas souhaiter une augmentation du budget de l'UE.

La Commission européenne doit présenter un plan pour la relance économique de l'UE le 27 mai.

TL avec l'AFP