BFM Business

Les Français sont radins et l'assument

-

- - Pixabay

78% des Français sont prêts à passer du temps à la recherche de la « bonne affaire ». Et ils assument parfaitement.

Passer des heures sur internet ou dans les magasins pour dénicher la bonne affaire, collectionner les bons de réductions... Les Français sont prêts à investir beaucoup de leur temps pour réaliser des économies et dépenser plus malin.

Une forme de radinerie aujourd'hui assumée: 78% des Français disent passer régulièrement du temps à traquer la « bonne affaire ». Résultat d'un sondage Ifop pour Radins.com. Un phénomène plus accentué chez les jeunes de moins de 25 ans qui sont 83% à traquer sans cesse les bons plans

Alors qui sont-ils ces nouveaux radins? Si 83% des français se disent « économes », un Français sur 2 reconnait avoir déjà fait l’objet d’une remarque suggérant qu’il était très près de ses sous, pour ne pas dire radin. Pour autant, 70% des personnes concernées assument tout à fait ce penchant.

Il faut dire que les offres se multiplient et tendent à exacerber (et déculpabiliser) notre « radinerie »: sites d'achats groupés, ventes privées en ligne et en magasins et autres communautés d'échanges de bons plans et codes de réduction...

Ainsi, 83% des Français profitent des bons plans, bons de réduction ou autres achats groupés. 81% cherchent de bonnes astuces pour voyager moins cher, et autant attendent les soldes pour faire des achats personnels ou faire des cadeaux. 78% expliquent également privilégier les activités gratuites en cas de sortie, comme les musées publics ou les parcs.

Radin: « Qui est d'une avarice mesquine ». Alors non, ces comportements ne révèlent pas vraiment des personnes « radines» mais plutôt « économes ». Les « vrais » radins sont eux d'ailleurs pointés du doigt. 55% des français estiment qu' « être très proche de ses sous » est un motif qui peut rendre infréquentable un ami ou une connaissance.

Top 3 des attitudes radines qui exaspèrent : S’arranger pour ne pas être présent au moment de payer l’addition pour un repas ou une tournée dans un bar, se faire offrir une cigarette en prétendant ne pas en avoir sur soi, et enfin oublier ses moyens de paiement au moment de régler une dépense commune. Vous êtes prévenus...

Sandrine Serais