BFM Business

Les cadres dirigeants n'envisagent pas un retour à la normale de l'activité avant fin 2020

Les patrons de PME-ETI s'inquiètent d'une baisse de la croissance et des tensions commerciales.

Les patrons de PME-ETI s'inquiètent d'une baisse de la croissance et des tensions commerciales. - Crédit photo: Eric Piermont

Un sondage mené auprès de PME, d'ETI et de grands comptes montre que les hauts cadres plébiscitent les mesures de soutien mises en place par le gouvernement.

Alors que le déconfinement de l'économie se prépare, pour les cadres dirigeants, un retour à la situation d'avant-crise prendra du temps. Selon un sondage* mené auprès de dirigeants de PME, ETI et grands comptes réalisé par EIM (un acteur du management de transition), deux tiers d'entre-eux voient un retour à la normale au cours du dernier trimestre 2020 (en excluant les entreprises en sur-activité qui suivront un chemin inverse de retour progressif à la normale en réduisant leur chiffre d’affaires).

Ceux qui prévoient un retour à la normale en 2021, sont les patrons qui vivent actuellement un arrêt complet d’activité, et ceux qui travaillent en lien avec la distribution et la gestion de réseaux de points de vente (y compris les aspects concernant la supply chain ou les paiements). 

Plans de sortie de crise élaborés en interne

Néanmoins, une discipline financière ainsi qu’une bonne gestion seront essentielles, tout en relançant les ventes et en diversifiant l’activité. De plus, pour 64% des dirigeants, il s’agira de protéger leurs collaborateurs d’un possible rebond de l’épidémie dont une réponse pourrait être l’installation durable du télétravail et donc l’accélération de la digitalisation des processus pour les accompagner. 

Le retour à la normale devrait être favorisé par les mesures de soutien décidées par le gouvernement, des mesures validées par les dirigeants interrogés. L’étalement des charges sociales ainsi que la constitution d’un prêt garanti par l’État (PGE), sont les deux mesures plébiscitées respectivement par 67% et 33% des dirigeants pour traverser la crise sanitaire.

Ils sont également 18% à avoir obtenu de nouvelles lignes de crédits bancaires (ou reports d’échéances) et 18% à avoir différé les paiements non vitaux (les loyers par exemple). 

Une période propice aux opportunités

On peut également noter que 90% des plans de sortie de crise sont élaborés en interne avec les équipes et seulement 45% en lien avec les actionnaires. Le recours à des conseils extérieurs reste également très minoritaire.

Dans le même temps, certains dirigeants voient cette période comme une opportunité de développement. 33% d’entre eux veulent en profiter pour prendre des parts de marchés et 42% sont convaincus qu’il faut conquérir de nouveaux segments de clientèle ou se positionner sur de nouveaux produits. 

Et 25% d’entre eux songent à consolider leur secteur d’activité en participant à une action de rapprochement, afin de mieux résister à l’avenir ou profiter d’opportunités de marché. 

*Sondage réalisé du 14 au 22 avril par téléphone auprès de: 75% de directeurs généraux, 20% de directeurs financiers ou directeurs des ressources humaines, 5% de cadres dirigeants occupant d’autres fonctions. Au sein de 15 PME de moins de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires (45%), 13 ETI de 100 à 500 millions d’euros de chiffre d’affaires (40%) et 5 entreprises de plus de 500 millions d’euros de chiffre d’affaires (5%).

Olivier Chicheportiche