BFM Business

Les automates allemands refusent les nouveaux 5 euros

Les guichets automatiques de la Deutsche Bahn rejettent les nouveaux billets de 5 euros.

Les guichets automatiques de la Deutsche Bahn rejettent les nouveaux billets de 5 euros. - -

Les nouveaux billets de cinq euros sont dans les portefeuilles depuis début mai, mais pas encore acceptés partout. En Allemagne, certains automates, comme ceux de la Deutsche Bahn, refusent les billets.

Imaginez la scène. Vous voulez acheter un billet de train à un guichet automatique, vous glissez votre billet de cinq euros, et la machine vous le retourne. Vous avez beau réessayer plusieurs fois, impossible de payer avec votre billet. En Allemagne, la situation énerve les usagers depuis un mois.

Des mises à jour trop tardives?

En cause, les nouveaux billets de cinq euros mis sur le marché européen le 2 mai dernier. Pour les consommateurs, peu de différence si ce n’est la couleur du billet. Mais les mesures de sécurité sont renforcées, et les automates doivent être mis à jour pour pouvoir reconnaître les coupures.

Las, plus de la moitié des 7.000 guichets automatiques de la Deutsche Bahn n’ont pas été mis à jour à temps, selon l’hebdomadaire Der Spiegel. La société ferroviaire allemande rejette la faute sur le constructeur ICA. Celui-ci nie toute responsabilité et affirme que la mise à jour a été transmise à temps.

Les paiements en espèce privilégiés

La Deutsche Bahn n’est pas la seule entreprise concernée. Le quotidien allemand Die Welt rapporte que des caisses automatiques de parkings refuseraient, elles aussi, de reconnaître les nouveaux billets. Selon lui, ces problèmes devraient être réglés d’ici fin juin.

De son côté, la banque centrale allemande, la Bundesbank, explique que "les fabricants d’automates ont reçu dès 2011 les informations concernant l’arrivée du nouveau billet". Ces derniers étaient disponibles depuis janvier 2013 pour permettre aux compagnies d’effectuer leurs tests.

En Allemagne, le paiement en espèces est largement préféré par les consommateurs et la nouvelle consterne. Le pays a produit plus de 40% de l’argent fiduciaire européen entre 2002 et 2009, loin devant la France (9,5%).

Audrey Dufour