BFM Business

Le roman politique de la crise financière

-

- - ludovic MARIN / AFP

La chute de Lehman Brothers a pris de court la planète financière…mais aussi les gouvernements, qui dès lors, ont dû prendre des mesures chocs, et adapter en urgence leur politique économique. Retour sur une faillite qui a chamboulé la vie politique française des 10 dernières années.

Nicolas Sarkozy et la refondation du capitalisme

Le 15 septembre 2008, Lehman Brothers se déclare en faillite. 10 jours plus tard, Nicolas Sarkozy prononce un discours à Toulon, où il appelle à une refondation du capitalisme.

Dans un premier temps, il s’illustrera dans la gestion de crise, en prenant le leadership en Europe, réunissant à l’Elysée autour de lui Angela Merkel, Gordon Brown et Silvio Berlusconi. Ensuite, son quinquennat va basculer : lui qui s’était fait élire sur le travail et le pouvoir d’achat, va devoir renoncer à ses chantiers de début de mandat, et faire voter des hausses d’impôt à partir de 2010… C'était la seule solution à l’époque pour éviter que les finances publiques de la France ne se dégradent encore plus, et que les marchés attaquent la dette de la France.

Dès lors, jusqu’au terme de son mandat, sa priorité sera de protéger la souveraineté financière de la France, et d’éviter un éclatement de la zone euro. En fin de mandat, une croissance en berne, des mesures d’urgence loin de son programme présidentiel : Nicolas Sarkozy n’arrivera pas à se faire réélire.

François Hollande et l’ennemi invisible

Emergera alors un socialiste que personne n’a vu venir, François Hollande, et qui 4 ans après la Chute de Lehman Brothers, va surprendre les Français et marquer des points en désignant son « ennemi invisible, qui n’a pas de visage : la FINANCE… ».

Prospérant sur cette thématique, il va se faire élire sur un programme très à gauche, finalement assez loin de sa véritable pensée économique (plus social libérale qu’il n’y paraissait à l’époque). Là encore, tout comme son prédécesseur, François Hollande va découvrir les conséquences de la crise financière.

Des hausses d’impôt pour protéger la dette de la France

Dès le début de son mandat, François Hollande va à son tour faire voter un choc fiscal en urgence, pour alléger le déficit et protéger la dette française d’une attaque des marchés. 2 ans plus tard, en 2014, oubliant son ennemi invisible, il va entamer un virage social libéral. Sauf qu’il ne s’est pas fait élire pour ça.

La perte de confiance qui en suivra minera son quinquennat. La chute de Lehmann aura donc marqué les 2 quinquennats, totalement chamboulés par les conséquences de la crise financière… Nicolas Sarkozy et François Hollande ont dû adapter leur mandat avec en toile de fonds une Europe qui se déchire autour de l’union bancaire, le sauvetage in extremis de la Grèce, de Chypre, ou plus récemment, la crise des migrants.

Emmanuel Macron et « la brutalité de l’Histoire » 

10 ans après la chute de Lehman Brother, une vague de dégagisme va s’abattre sur le monde politique français…Emergera alors un ancien banquier, Emmanuel Macron, qui confiait récemment avoir le sentiment d’être « le fruit d’une forme de brutalité de l’histoire ». Une brutalité, qui trouve entre autre comme origine, cette chute de Lehman Brothers en septembre 2008…

Mathieu JOLIVET