BFM Business

Le "robot" italien qui traque la fraude fiscale

L'Italie lance un programme informatique pour détecter les fraudeurs du fisc, ce mardi 20 août.

L'Italie lance un programme informatique pour détecter les fraudeurs du fisc, ce mardi 20 août. - -

"Redditometro", le nouveau programme informatique qui entre en fonction ce 20 août, doit permettre au fisc italien de repérer les fraudeurs. Données bancaires, dépenses, prêts : tout est analysé pour déceler le moindre écart.

Le gouvernement italien poursuit sa politique de "lutte sans merci" contre la fraude fiscale. Après avoir incité les citoyens à la délation, le fisc s'offre les services d'un robot qui traque la fraude. Le "redditometro" est chargé de débusquer les gros fraudeurs et les faux pauvres.

C'est le nouveau 007 du fisc italien. Le redditometro, un indicateur de richesse, est en fait un programme informatique qui facilite le travail des fonctionnaires des impôts italiens.

Il permet de comparer les déclarations de revenus et les dépenses réelles des foyers italiens, en accédant aux différentes banques de données contenant des traces de transactions bancaires.

Récupérer 850 millions d'euros

Ainsi tout est examiné et compilé, du crédit contracté pour l'achat d'un véhicule à la moindre petite dépense vestimentaire. En cas d'écart de plus de 20% entre les sommes déclarées et les sommes dépensées, un contrôle fiscal est immédiatement déclenché.

Le robot traqueur qui entre en fonction ce mardi 20 août est en fait une version améliorée du premier robot introduit en 2010 par le gouvernement Berlusconi. A l'époque, il avait déclenché de vives polémiques en Italie, où on juge le programme inefficace.

Mais l'Etat italien affirme que ce nouveau robot lui permettra de récupérer près de 850 millions d'euros, soit un peu moins de 1% de la fraude annuelle estimée dans le pays!

Sidonie Watrigant