BFM Business

Le premier port grec tombe dans le giron d'un armateur chinois

En comptant aussi, entre autres éléments, les investissements prévus (350 millions d'euros), et les revenus de cette concession (410 millions d'euros), l'accord avec Cosco représente un total de 1,5 milliard d'euros,

En comptant aussi, entre autres éléments, les investissements prévus (350 millions d'euros), et les revenus de cette concession (410 millions d'euros), l'accord avec Cosco représente un total de 1,5 milliard d'euros, - Nikolaos DIakidis, Licence Creative Commons BY-SA 3.0

"La Grèce a vendu pour 368 millions d'euros le port du Pirée au premier armateur chinois, le groupe Cosco, déjà opérateur de deux terminaux du port grec depuis 2008."

Le plus grand port grec a fini par tomber entre des mains chinoises. L'Agence grecque de privatisations (Hraf) a signé, vendredi 8 avril 2016, l'accord pour la cession de 67% de la société du port du Pirée (Olp), au géant chinois du transport maritime Cosco au prix de 368,5 millions d'euros. Devenu le premier armateur chinois, depuis la fusion de Cosco et China Shipping Group, début 2016, il serait le 6e armateur mondial de porte-conteneurs par le nombre de conteneurs transportés.

"L'accord a été signé entre le président de l'Agence Stergios Pitsiorlas et le directeur financier de China Cosco Shipping Corporation, Feng Jinhua, en présence du Premier ministre grec Alexis Tsipras au Palais Maximou", résidence de ce dernier.

Le processus de vente avait été suspendu après la victoire du parti de gauche Syriza aux élections législatives de janvier 2015. Il a ensuite été relancé dans le cadre du troisième plan d'aide international, de 86 milliards d'euros, mis sur pied en août 2015.

L'accord représente un total de 1,5 milliard d'euros pour la Grèce

Cette cession s'inscrit dans le cadre du vaste programme de privatisations lancé par le gouvernement pour renflouer les caisses de l'État grec.

En comptant aussi, entre autres éléments, les investissements prévus (350 millions d'euros) et les revenus de cette concession (410 millions d'euros), l'accord représente un total de 1,5 milliard d'euros.

L'armateur chinois avait pour lui le grand atout d'être implanté au Pirée depuis 2008, lors de son acquisition de deux terminaux de ce port, le plus important du pays. Il aspire à transformer le port en plus grand centre de transit du sud-est de l'Europe, et à en faire "un pont entre l'Asie et l'Europe".

Cette signature est "une importante étape du plan de privatisation" et respecte "les engagements de la Grèce" vis-à-vis de ses créanciers, s'est félicité l'agence. La signature de cet accord a été précédée par son approbation par la Cour grecque des comptes. Il sera prochainement ratifié par le Parlement et la transaction sera achevée d'ici au mois de juin 2016.

F.Bergé avec AFP