BFM Business

Le PIB allemand passe la barre des 3.000 milliards d'euros

Johannes Eisele - AFP

Johannes Eisele - AFP - Angela Merkel peut avoir le sourire

La croissance de l'Allemagne s'est élevée à 1,7% l'an dernier, soit son meilleur rythme depuis 2011, selon Destatis. Ce qui a tiré le PIB à 3.027 milliards d'euros, soit 43% de plus que celui attendu en France pour 2015.

La locomotive allemande a beau voir certains de ses fleurons ébranlés (Deutsche Bank et Volkswagen) elle continue à accélérer. Ainsi, sa croissance a encore été forte en 2015, à 1,7%, soit un peu plus qu'en 2014 (1,6%) , selon une première prévision publiée ce jeudi 14 janvier par l'office allemand des statistiques Destatis.

Ce qui amène le PIB allemande à dépasser pour la première fois la barre de 3.000 milliards d'euros, à 3.027 milliard. A titre de comparaison, le PIB de la France atteignait en 2014, 2.132 milliards d'euros. Si, l'an passé, il se confirme que la croissance a bien atteint 1,1%, le PIB de l'Allemagne dépasse désormais de 43% celui de la France.

Le calendrier a joué puisque 2015 comptait plus deux jours ouvrés de plus que 2014. Ce qui a ajouté 0,2% en plus. Sans cet effet calendaire, la croissance aurait donc été de 1,5%, calcule Destatis. Au passage, les statisticiens allemands, ont évalué la croissance pour le seul dernier trimestre 2015 à "un quart de point de PIB", soit autour de 0,25%.

Ce chiffre de 1,7% correspond de fait aux attentes des analystes. Destatis considère que cette croissance est "solide et robuste". "L'Allemagne a bien performé, avec une croissance qui a dépassé son potentiel, mais l'économie a été clairement aidée par l'euro faible, les prix très bas de l'énergie et des taux d'intérêt à des plus bas record", constate Andreas Scheuerle, économiste chez Dekabank.

L'infatigable machine à exporter

Dans le détail, la consommation des ménages a progressé de 1,9%, les dépenses gouvernementales de 2,8% et l'investissement des entreprises, parfois considéré comme le talon d'Achille de la première économie européenne, a progressé de 3,6%. L'Allemagne continue par ailleurs d'être cette magnifique machine à vendre à l'étranger avec des exportations en hausse de 5,4% à plus de 1.418 milliards de dollars, alors que les importations ont, sur la même période, augmenté de 5,7% à 1.182 milliards d'euros.

Au finale, la balance des biens et des services atteint un excédent époustouflant (236,9 milliards d'euros). Pour 2016, des doutes sur la croissance allemande ont pu être exprimé au vu des incertitudes sur la conjoncture en Chine, les entreprises allemandes (Siemens, constructeurs automobiles) étant très présentes dans la deuxième économie mondiale qui reste aussi le pays le plus peuplé au monde.

Mais l'économiste de NordLB Jens Kramer se veut rassurant. "En 2015 les entreprises allemandes ont traversé une année avec de grandes incertitudes. Ce qui nous a montré que l'économie allemande est une machine qui peut très bien fonctionner même lorsqu'elle traverse une zone de turbulences", fait-il valoir.

J.M.