BFM Business

Le FN envisage une taxe de 10% du salaire des employés étrangers

En cas de victoire à l'élection présidentielle, le parti de Marine Le Pen pourrait mettre en place une taxe sur le salaire brut des employés étrangers à hauteur de 10%. Cette taxe serait à la charge de l'employeur.

La taxe sur les emplois des salariés étrangers, que veut mettre en place le FN en cas d'arrivée au pouvoir, se précise. Le montant de cette taxe "pourrait être de 10% du salaire brut chaque mois, payée par l'employeur", a en effet affirmé le vice-président du Front national Florian Philippot, ce vendredi sur RTL.

Selon lui, cette taxe concernerait aussi les "étrangers qui viennent de l'intérieur de l'Union européenne". L'embauche d'un salarié, hors UE, est déjà soumise au versement d'une taxe à l'Offi (Office français de l'Immigration et de l'Intégration) et lors de la délivrance du visa qui varie en fonction du salaire.

Priorité nationale

"Si l'employeur veut vraiment s'offrir les services d'un salarié étranger qu'il estime extrêmement compétent, il y mettra le prix et sinon il embauchera un Français", a prévenu Florian Philippot. "On va en même temps abroger la directive sur le détachement des travailleurs (...) qui crée une concurrence déloyale terrible", a-t-il ajouté.

Dans un entretien au Monde paru jeudi, Marine Le Pen a plaidé pour inscrire dans la Constitution la "priorité nationale", notamment en matière d'emploi, à travers un large référendum qu'elle proposerait en cas d'accession au pouvoir. La candidate du parti frontiste a précisé que la recette issue de cette taxe "sera[it] versée à l'indemnisation des chômeurs".

Y.D. avec AFP