BFM Business

"La SNCF continue à perdre 3 milliards d'euros chaque année", alerte Bruno Le Maire

Bruno Le Maire était l’invité de BFMTV-RMC ce jeudi. Le ministre de l'Économie s'est exprimé sur la dette de la SNCF dont il a détaillé le montant et le calendrier envisagé pour sa reprise par l'État.

Interrogé sur la réforme ferroviaire, Bruno Le Maire a affirmé que "les Français attendent que le gouvernement tienne bon sur la transformation de la SNCF".

Le ministre de l'Économie a par ailleurs indiqué que "le montant exact de la dette de la SNCF est de 46 milliards d'euros, dont 11 milliards d'euros qui ont déjà était intégrés dans la dette de l'État, dont il en reste encore 35 milliards d'euros" à la charge de la SNCF.

Une somme qui ne prend évidemment pas en compte les dépenses à venir de l'entreprise. Or, celle-ci a déjà planifiée d'importants investissements, notamment la construction de futures lignes LGV. "Si l'on rajoute l'endettement futur, on va arriver à une dette de l'ordre de 50 à 55 milliards d'euros, à l'horizon 2020. Soit bien moins que les chiffres que j'entends circuler dans les débats", a précisé Bruno Le Maire.

La dette reprise en 2020, sous condition

"Nous pourrions envisager, comme l'a indiqué le président de la République, de traiter le problème de cette dette à l'horizon 2020", a ajouté Bruno Le Maire. Interrogé sur l'emploi du conditionnel dans sa phrase, le ministre de l'Économie a rappelé que la reprise de cette dette était soumise à la transformation complète de la SNCF. 

"Je ne peux pas dire au contribuable que nous reprenons la dette dès aujourd'hui pour une raison très simple: la SNCF continue à perdre 3 milliards d'euros chaque année", a-t-il justifié, appelant l'entreprise à retrouver de la compétitivité, "à dégager des marges de manoeuvre financières". Le ministre de l'Économie a promis que lorsque toutes ces conditions seraient réunies, la dette serait reprise "une bonne fois pour toutes".

A.M.