BFM Business

La réforme des retraites modifierait cotisation et âge légal

Le gouvernement français souhaite combiner l'allongement de la durée de cotisation et le report de l'âge légal de départ pour réformer le système de retraites, rapportent trois journaux sur leurs sites internet. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Charisi

Le gouvernement français souhaite combiner l'allongement de la durée de cotisation et le report de l'âge légal de départ pour réformer le système de retraites, rapportent trois journaux sur leurs sites internet. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Charisi - -

PARIS - Le gouvernement français souhaite combiner l'allongement de la durée de cotisation et le report de l'âge légal de départ pour réformer le...

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français souhaite combiner l'allongement de la durée de cotisation et le report de l'âge légal de départ pour réformer le système de retraites, rapportent samedi trois journaux sur leurs sites internet.

Les nouvelles recettes seraient marginales dans la réforme et le taux de cotisation des fonctionnaires serait augmenté de manière à le rapprocher de celui des salariés du privé, affirment Le Monde, Les Echos et L'Express sans citer de source.

Le ministère du Travail, chargé de la réforme, "dément formellement" ces allégations, a dit une porte-parole, arguant que la concertation se poursuit et que le projet de loi ne sera connu qu'autour du 20 juin.

Selon ces articles de presse, le projet du gouvernement est déjà très avancé. Pour régler un problème qu'il juge démographique, le déficit du système de retraites, l'exécutif veut repousser dès le 1er janvier 2011 l'âge légal de départ à la retraite, fixé à 60 ans, et allonger la durée de cotisation pour une retraite à taux plein, qui atteindra 41,5 ans en 2020.

L'âge légal de départ pourrait atteindre progressivement 62 ou 63 ans, à raison d'un trimestre par an, précise L'Express.

La durée de cotisation passerait à 42 ans en 2030, voire 42 ans et un trimestre selon l'hebdomadaire.

Le Parti socialiste et les syndicats sont résolus à ne pas laisser le gouvernement toucher aux 60 ans. Mais Bernard Thibault (CGT) et François Chérèque (CFDT) ont tous deux jugé cette semaine, à l'issue d'entretiens avec le ministre du Travail Eric Woerth, que le gouvernement avait déjà pris la décision de repousser cette limite symbolique et travaillait aussi sur la durée de cotisation.

AUGMENTATION DES COTISATIONS RETRAITE

Selon les simulations du Conseil d'orientation des retraites (Cor) pour 2050, l'allongement de la durée de cotisation à 43,5 ans et le report à 63 ans de l'âge légal de départ à la retraite ne suffiraient pas à combler le trou du système.

La recherche de nouvelles recettes serait nécessaire pour remédier au déficit.

La réforme du gouvernement comprendrait des recettes nouvelles à hauteur de trois ou quatre milliards en 2020, croient savoir les journaux.

La taxe sur les hauts revenus rapportera 600 millions d'euros, soit l'équivalent du coût du bouclier fiscal en 2008.

Selon Le Monde, le gouvernement n'exclut pas de taxer davantage les stock-options et les revenus du capital.

Mais la part la plus importante des ressources nouvelles viendrait de l'augmentation des cotisations retraite qui serait compensée par une baisse des cotisations chômage que rendrait possible un recul espéré du chômage.

Enfin, le système des retraites des fonctionnaires convergerait vers celui des salariés du privé.

Le gouvernement ne toucherait pas au mode de calcul des pensions des fonctionnaires - sur les six derniers mois de salaire, hors primes, contre la moyenne des 25 meilleures années dans le privé - mais à leur niveau de cotisation.

Celui-ci est actuellement de 7,85% contre un à trois points de plus dans le privé, selon la situation. Augmenter la cotisation est la mesure qui rapporte le plus et le plus vite, selon Le Monde.

Clément Guillou