BFM Business

La production manufacturière française s'est effondrée en avril

Paris La Défense

Paris La Défense - Pixabay

Selon l'indice PMI Markit des directeurs d'achat, la contraction de l'emploi dans le secteur atteint également un record historique.

La chute de l'activité manufacturière française amorcée en mars s'est logiquement accélérée en avril avec le confinement généralisé de l'économie pour atteindre un plus bas historique.

L'indice PMI du cabinet Markit des directeurs d'achat, qui mesure la performance globale du secteur sur la base des données recueillies auprès d'un panel de 400 entreprises opérant en France, est tombé à 31,5 points contre 43,2 en mars. 

"Ce repli de l'activité, qui éclipse le niveau record enregistré en mars, est de loin le plus fort enregistré depuis le début de l'enquête", a souligné IHS Markit. 

Pessimisme pour les prochains mois malgré le déconfinement

Rappelons qu'un niveau inférieur à 50 points signale un repli de l'activité, tandis qu'une valeur supérieure à cette limite traduit une expansion.

Cette chute de l'indice "reflète notamment une contraction sans précédent de la production manufacturière française, de nombreuses usines ayant dû fermer afin de limiter la propagation de l’épidémie de coronavirus".

Selon le cabinet, les fermetures d'entreprises ont entraîné "un très fort recul des effectifs en avril". 

"La contraction de l'emploi s'est en outre accélérée au cours du mois, son taux dépassant le sommet historique enregistré en janvier 2009 pour établir un nouveau record en avril", a-t-il ajouté. 

L'Allemagne fait mieux que la France

Pour les prochains mois, c'est le pessimisme qui prévaut dans le secteur. "Malgré l'annonce d'une levée progressive des mesures de confinement dans l'Hexagone à partir du 11 mai prochain, les entreprises interrogées se disent très pessimistes quant à une hausse de leur activité au cours de l'année à venir", a constaté l'économiste Eliot Kerr, cité dans le communiqué.

"La crainte d'une deuxième vague de contamination risque en effet de freiner le retour à la normale et devrait compromettre les chances d'une reprise prochaine de l'activité économique du pays", a-t-il anticipé.

Le secteur manufacturier français se replie plus fortement que la moyenne de la zone euro. L'indice d'avril tombe en effet à 33,4. Ce sont les Pays-Bas qui s'en sortent le mieux avec 41,3 tandis que la Grèce ferme le peloton avec un indice à 29,5. L'Allemagne voit son indice plonger à 34,5, un plus bas de 133 mois.

Olivier Chicheportiche