BFM Business

La prime d’activité fait plus d’heureux qu’anticipé

La députée PS Valérie Rabault, rapporteur du budget à l'Assemblée.

La députée PS Valérie Rabault, rapporteur du budget à l'Assemblée. - AFP - Eric Piermont

Un rapport d'application de la loi fiscale rédigé par une députée conclu que la création de la prime d'activité a engendré moins de perdant que prévu, suite à des baisses d'impôts.

740.000 perdants contre 1,2 million d’anticipés: la suppression de la prime pour l’emploi consécutive à la création de la prime d’activité a finalement affectés moins de personnes que prévu, souligne un rapport d’application de la loi fiscale cité par Les Echos.

Le quotidien a eu accès à un écrit signé de la députée PS Valérie Rabault, rapporteur du budget à l'Assemblée. Celle-ci a comparé le nombre de gagnant et de perdant suite à cette mesure, en tenant compte des deux réductions d’impôts décidées depuis, dont les classes moyennes ont bénéficié.

De manière plus globale, la députée a chiffré le nombre de gagnant et de perdant de la politique fiscale menée sous la présidence de François Hollande. Elle parvient au résultat suivant: 1,5 million de personnes sortent, après les baisses d'impôts, contre 970.000 dans l'étude d'impact faite lors de la création de la prime d'activité. "La politique fiscale de François Hollande durant la deuxième partie du quinquennat aura finalement fait plus de gagnants que de perdants", en conclu le journal.

Pour rappel, la prime d’activité fusionne le RSA activité et la prime pour l’emploi. Elle concerne 5,6 millions de personnes en France, des salariés aux revenus modestes, des étudiants et des apprentis gagnant plus de 893,25 euros par mois et les travailleurs déjà bénéficiaires de l’Allocation adulte handicapé.

A.R.