BFM Business

La mafia calabraise plus lucrative que McDonald's et Deutsche Bank réunis

En mai 2009, la police italienne arrêtait Salvatore Coluccio, suspecté d’être à la tête de la mafia calabraise ‘Ndrangheta.

En mai 2009, la police italienne arrêtait Salvatore Coluccio, suspecté d’être à la tête de la mafia calabraise ‘Ndrangheta. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La 'Ndrangheta a, selon une étude italienne publiée mercredi 26 mars, généré un chiffre d'affaires de 53 milliards d'euros, en 2013. Ce qui représente environ 3,5% du PIB transalpin.

Ce n'est un secret pour personne: l'économie souterraine en Italie représente des enjeux colossaux.

L'institut Demoskopika l'a prouvé un peu plus, mercredi 26 mars, en publiant une étude montrant que le chiffre d'affaires réalisé par la 'Ndrangheta, c'est-à-dire la mafia calabraise, s'est élevé à 53 milliards d'euros en 2013, soit autant que McDonald's et Deutsche Bank réunis, et presque autant que PSA.

L'enquête détaille les sources de revenus de l'organisation criminelle, précisant qu'elles représentent, en cumulé, 3,5% du PIB italien.

Parmi les activités criminelles les plus rémunératrices figurent le trafic de stupéfiants, avec 24,2 milliards d'euros engendrés, et le secteur du recyclage illégal, avec 19,6 milliards.

3 milliards d'euros grâce à l'extorsion

Dans une moindre mesure, la mafia calabraise gagne également de l'argent par le biais de l'extorsion et de l'usure (2,9 milliards d'euros), des détournements de fonds publics (2,4 milliards) et des jeux de hasard (1,3 milliard).

La vente d'armes, les déchets illégaux, la prostitution, la contrefaçon et l'immigration clandestine contribuent également, sans pour autant jamais dépasser le milliard d'euros.

L'élaboration de cette étude a été rendue possible par l'analyse d'une série de documents émanant du ministère italien de l'Intérieur, des forces de l'ordre, de la Commission parlementaire anti-mafia et de la Direction des enquêtes anti-mafia.

Selon le FMI, l'économie souterraine (mafia, travail au noir, blanchiment d'argent) représenterait environ 27,2% du PIB italien, contre environ 15% en France ou en Allemagne.

J.M. avec AFP