BFM Business

La Hongrie rembourse l'aide internationale avec un an d'avance

Devant les eurodéputés le 4 juillet, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a qualifié l'Union européenne d'UERSS.

Devant les eurodéputés le 4 juillet, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a qualifié l'Union européenne d'UERSS. - -

Budapest a annoncé, ce lundi 12 août, avoir remboursé avec un an d'avance la dernière tranche de prêt accordé par le FMI et l'Union européenne. Un moyen de se soustraire à la tutelle de ces institutions.

La Hongrie s'émancipe ce lundi 12 août. Le pays, au bord de la faillite en 2008 et qui avait bénéficié in extremis de l'aide internationale, a annoncé avoir remboursé par anticipation la dernière tranche de sa dette vis-à-vis du Fonds monétaire international.

Ces 2,15 milliards d'euros, sur un prêt de 20 milliards d'euros octroyé en 2008 par l'Union européenne et l'institution dirigée par Christine Lagarde, devaient initialement être versés au troisième trimestre 2014.

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, connu pour son euroscepticisme, ses saillies xénophobes et son manque de diplomatie, faisait depuis lors son possible pour se dégager de la tutelle de ces instances supranationales.

Celui qui qualifiait cet été l'Europe d'"UERSS", supportait très mal les conditions attachées à leur aide. Devant les eurodéputés réunis à Strasbourg le 4 juillet, il dénonçait son "indépendance nationale foulée aux pieds", et une Europe devenue un "empire de technocrates avec Bruxelles pour capitale".

Rapports houleux avec Bruxelles

Une UE avec laquelle les rapports sont houleux: le 3 juillet, la Commission plaçait Budapest sous surveillance pour atteinte à la démocratie. Et la commissaire européenne à la Justice de s'émouvoir des multiples modifications introduites dans la Constitution hongroise, obtenues grâce à la majorité des deux tiers dont dispose le chef du gouvernement.

En septembre 2012, Viktor Orban avait refusé une tranche d'aide supplémentaire du FMI, excédé par les conditions de prêts accordées. "A ce prix-là, et de cette façon, c'est non", avait déclaré le Premier ministre hongrois sur sa page Facebook.

Il avait d'ailleurs préféré faire appel à des investisseurs privés pour se financer: en octobre 2010, l'Etat offrait la nationalité hongroise à tout étranger qui achetait pour 250.000 euros de dette de l'Etat.

Outre une certaine autonomie financière retrouvée, ce remboursement permet au pays d'économiser près de 12 millions d'euros en intérêts, a indiqué le ministère hongrois de l'Economie.

Nina Godart