BFM Business

La Grèce se rapproche tout doucement d'un accord avec ses créanciers

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras fait montre d'optimisme

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras fait montre d'optimisme - Alain Jocard - AFP

Athènes a commencé à élaborer ce mercredi 27 mai l'ébauche d'un projet d'accord. Selon le Premier ministre Alexis Tsipras les discussions sont entrées "dans la dernière manche".

Le feuilleton grec s'approche-t-il de son épilogue? La Grèce et ses créanciers ont entamé la rédaction d'un projet d'accord qui n'inclura aucune réduction des salaires et des pensions de retraite, a déclaré ce mercredi 27 mai un haut responsable gouvernemental, laissant entendre que les pourparlers engagés en vue d'un déblocage des aides à Athènes avaient accompli des progrès importants.

"Au Groupe de Bruxelles aujourd'hui, les procédures pour rédiger un accord au niveau des négociateurs commencent", a-t-il dit en référence aux pourparlers entre Athènes, l'Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI).

Il a ajouté que le Premier ministre Alexis Tsipras serait en contact permanent avec d'autres dirigeants pour conclure un accord.

"Il est évident que le calme et la détermination s'imposent"

Alexis Tsipras lui-même a déclaré que son gouvernement était dans "la dernière manche" des discussions et que les modalités d'un accord seraient présentées prochainement.

"Nous sommes dans la dernière manche, il est évident que le calme et la détermination s'imposent", a-t-il dit à des journalistes après une réunion ministérielle consacrée aux discussions. "Nous ne sommes pas les seuls impliqués, nous traitons avec trois institutions différentes qui ont souvent des vues divergentes", a-t-il ajouté.

Le haut fonctionnaire qui a le premier évoqué un accord a précisé que celui-ci n'inclurait ni baisse des salaires, ni réduction des pensions de retraite, mais qu'il prévoirait une réforme de la TVA ainsi qu'un objectif réduit d'excédent budgétaire pour la première année de son application.

Ses déclarations ont été bien accueillies par les marchés financiers: la Bourse d'Athènes a fini la séance en hausse de 3,55% et les grandes places européennes accentuaient leur progression tandis que l'euro reprenait du terrain face au dollar et que le rendement des emprunts d'Etat grecs refluait .

Le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis a toutefois déclaré que la Grèce et ses créanciers étaient encore loin d'un accord. "Nous travaillons très intensivement afin de permettre un accord aux niveau des experts. Nous n'y sommes pas encore parvenus", a-t-il dit.

J.M. avec AFP