BFM Business

La Grèce prête à des concessions

Un accord pourrait être proche.

Un accord pourrait être proche. - Louisa Gouliamaki - AFP

Le pays pourrait accepter des concessions sur le plan budgétaire.

La Grèce met de l'eau dans son vin. Elle s'est dite "prête à discuter" de nouvelles concessions sur le plan budgétaire afin de parvenir à un accord avec ses créanciers sur le déboursement d'une aide financière vitale, a indiqué mercredi une source gouvernementale grecque à Bruxelles.

"Nous sommes prêts à discuter de l'excédent budgétaire", a affirmé cette source, alors que des désaccords sont apparus sur ce point sensible lors des dernières négociations avec la Commission européenne.

"Nous cherchons un objectif commun sur l'excédent budgétaire", a insisté cette source, espérant "être plus près d'un accord" jeudi à l'issue du sommet entre l'Union européenne et les pays d'Amérique latine et des Caraïbes.

"On discute"

"Il est très difficile pour la partie grecque de faire plus de concessions, mais nous sommes disposés à discuter pour trouver une solution. Il n'y a pas d'accord pour un excédent à 1% mais on discute, la question est sur la table", a-t-elle ajouté. Un désaccord est apparu entre Athènes et ses créanciers sur les cibles budgétaires que doit atteindre le pays.

Alors qu'"un accord sur l'excédent budgétaire primaire semblait acquis" autour de l'objectif voulu par les créanciers de 1% du PIB en 2015, Athènes a proposé un solde de 0,75%, dans la proposition transmise dans la nuit de lundi à mardi, a expliqué un responsable européen. Or, ce chiffre est capital car il conditionne le montant des économies à réaliser par la Grèce.

D. L. avec AFP